Miami: Wawrinka en panne, Federer en patron

AFP

Il n'y aura pas de revanche de la finale d'Indian Wells à Miami: Stan Wawrinka a perdu pied contre Alexander Zverev en 8e de finale mardi et ne retrouvera donc pas son compatriote Roger Federer, qui a maîtrisé Roberto Bautista Agut.

Pour son 32e anniversaire, Wawrinka n'a pas été gâté par Alexander Zverev, le prodige allemand, déjà 20e mondial à seulement 19 ans.

Le Suisse, tête de série N.1 du tournoi floridien en l'absence du N.1 mondial Andy Murray et de son dauphin Novak Djokovic, s'est incliné en trois sets (4-6, 6-2, 6-1) en montrant deux visages: d'abord serein puis, à partir du deuxième set, beaucoup plus fébrile.

"J'ai fait un mauvais jeu en début du deuxième set et j'ai complètement lâché. Après, ça a été très difficile de me battre de trouver des solutions, je bougeais beaucoup moins bien, je ne jouais plus très bien au tennis", a constaté Wawrinka.

"Je me suis effondré physiquement et mentalement, mon tennis s'est effrité, je n'avais plus d'essence", a poursuivi le Suisse qui compte plus de victoires en Grand Chelem (3) qu'en Masters 1000 (2).

-Zverev sans complexes-

"C'est décevant mais, si je regarde les deux tournois, le bilan est très positif (...) Quand je suis bien physiquement et quand je suis frais mentalement, je joue très bien au tennis et ça, c'est très important", a-t-il insisté.

Zverev n'a fait aucun complexe face à son ainé: "Il faut être agressif face à lui et l'empêcher de dicter le rythme des échanges", a-t-il expliqué.

Son prochain match s'annonce explosif, puisqu'il va défier à un autre phénomène, l'Australien Nick Kyrgios (N.16), qui semble enfin assagi et qui a dominé le Belge David Goffin (N.12) 7-6 (7/5), 6-3.

Federer n'a pas produit, de son propre aveu, "son meilleur tennis" contre Bautista Agut mais il a assuré l'essentiel contre l'Espagnol, 18e mondial, en deux sets très accrochés 7-6 (7/5), 7-6 (7/4).

"Avec ce genre de joueurs, dès que tu doutes un petit peu, ça se complique. Et dans les moments importants, tout à coup, ça peut être dangereux, parce que c'est un très bon joueur, très solide", a analysé le Suisse.

En quarts de finale, il va retrouver le Tchèque Tomas Berdych qu'il avait battu en janvier à Melbourne enroute vers son 18e titre du Grand Chelem.

"Cette victoire (6-2, 6-4, 6-4 en 16e de finale, NDLR) m'avait prouvé que j'étais mieux que je ne pensais. Mais je ne peux pas me dire que ça va être simple, ce n'est jamais simple contre Tomas", a prévenu Federer.