Reuters

Nadal et Djokovic parmi les géants

Rafael Nadal et Novak Djokovic, vainqueurs à eux deux de 11 des 12 dernières éditions, se sont qualifiés jeudi pour les quarts de finale du tournoi Masters 1000 de Rome, où les géants de plus de 1,95m ont vécu une journée faste.

Programmé en soirée, Nadal (4e joueur mondial) a tranquillement pris le dessus 6-3, 6-4 sur l'Américain Jack Sock, 14e au classement ATP. Il affrontera vendredi en quarts l'Autrichien Dominic Thiem (8e), sa victime il y a quelques jours en finale du tournoi de Madrid. 

L'Espagnol, qui n'avait disputé que trois jeux pour son entrée en lice mercredi avant la blessure d'Almagro, reste le grand favori du tournoi, fort de la confiance accumulée avec ses titres à Monte-Carlo, Barcelone et Madrid.

Djokovic, N.2 mondial, vit lui une saison plus compliquée et s'est encore montré parfois hésitant face à l'Espagnol Bautista Agut, 20e mondial, qui a pu croire en ses chances, notamment lors d'un deuxième set où le Serbe a régulièrement laissé paraître sa frustration.

L'ancien N.1 mondial s'est tout de même imposé 6-4, 6-4 et poursuit sa route au Foro Italico, où il affrontera vendredi pour une place dans le dernier carré l'Argentin Del Potro (34e), solide vainqueur de Nishikori.

Surtout, "Djoko" s'est dit satisfait de ses progrès après plusieurs mois difficiles. "Je me rapproche. C'est un de mes meilleurs matches cette saison sur terre battue, mais même en général. Je me sens plus confiant sur le court, plus à l'aise dans mes frappes", a déclaré le Serbe.

Au tour suivant, Djokovic affrontera donc Del Potro et son 1,98m. 

L'Argentin est l'un des cinq "géants" - 1,95m et plus - qui ont réussi à amener leurs grandes carcasses jusqu'en quarts de finale.
                  
Zverev impressionne            
                  
Zverev-Raonic et Cilic-Isner: les deux quarts du haut de tableau se joueront en effet à très haute altitude. Le Croate et le Canadien ont été mesurés à 1,96m, l'Allemand à 1,98m et l'Américain à 2,08m.

Vainqueur de Wawrinka, 3e joueur mondial lui aussi en mal de confiance, Isner voyait dans les conditions météo à Rome une des explications à ce phénomène.

"Je ne dirais pas que les courts sont très rapides, mais il fait chaud, les balles montent. Et finalement la terre battue n'est pas une si mauvaise surface pour les joueurs grands, qui aiment frapper fort, à hauteur de poitrine", estimait l'Américain.

Mais il est aussi question de talent et à à peine 20 ans, l'Allemand Zverev n'en manque pas.

"Il n'y a pas grand-chose à dire. Zverev peut devenir le N.1 mondial. Il a très bien joué", a résumé l'Italien Fognini, sa victime du jour, corrigé 6-3, 6-3.

En quarts de finale, Zverev passera un test plus relevé face à Raonic, facile vainqueur de Berdych (6-3, 6-2). Isner de son côté affrontera Cilic, qui n'a pas eu beaucoup plus de difficultés face au Belge Goffin (6-3, 6-4).

Dans le tableau féminin, déjà privé de la N.1 mondiale Kerber et de Sharapova, la plupart des favorites ont poursuivi leur route, comme la Roumaine Halep, l'Espagnole Muguruza ou l'Américaine Venus Williams.

Mais la plus impressionnante a été la qualifiée estonienne Kontaveit qui, après avoir balayé Kerber mercredi, a écrasé jeudi une nouvelle tête de série, la Croate Lucic-Baroni, battue 6-1, 6-1.