WTA : Halep s'attend au pire

Comme trois milliards de personnes sur la planète, Simona Halep est confinée, et attend que la crise sanitaire s’améliore pour pouvoir reprendre son métier. La n°2 mondiale, blessée à un pied juste avant le début de la suspension de la saison tennistique, est actuellement chez elle, à Bucarest, et a raconté son confinement à Mats Wilander, Boris Becker et Tommy Haas dans le cadre d’une émission sur Eurosport UK. « C’est un moment difficile, car on ne peut pas sortir, mais il faut accepter et rester positif. On lutte… Le circuit me manque, les joueuses me manquent, tous les gens des tournois. Mais bon, si je peux en tirer quelque chose de positif : je suis à la maison depuis février, je ne suis jamais restée à la maison pendant si longtemps, depuis tant d’années. C’est une vie différente. Ça fait 22 jours que je ne suis pas sortie. Je reste en sécurité, car j’ai un peu peur. Je me lève vers 10h-11h (sourires). Je dors beaucoup. Pas de réveil, pas d’agenda… Ensuite je prends mon petit-déjeuner et je vais courir autour du complexe sportif dans ma résidence, car nous avons le droit, puis je fais du cardio et des exercices dans la maison. Je travaille chaque jour, et je me sens en bonne forme. »

Halep : " Une annulation de la saison ? C'est le pire scénario que j'ai en tête"





Victorieuse de Wimbledon l’an passé, Simona Halep ne remettra pas son titre en jeu cette année, car le circuit est suspendu jusqu’au 12 juillet minimum et que le prestigieux tournoi sur gazon n’aura pas lieu en 2020. Si cela l’a fait sourire dans un premier temps, la Roumaine est consciente que c'est toute la fin de saison qui est en suspens, et craint le pire. « Avec l’annulation de Wimbledon, je prends les choses du bon côté, car au moins je serai tenante du titre pendant deux ans (sourires). Je vais vivre avec ce sentiment une année de plus, c’est une bonne chose. Je pense que la suspension ne s’arrêtera pas en juillet. On a de l’espoir pour l’US Open, mais ce n’est pas sûr, car New York est en difficulté actuellement. Je ne sais pas comment ça va se passer après tant de mois sans tournois. Nous n’avons jamais été dans cette situation, c’est nouveau pour tout le monde. Une annulation de la saison ? C'est le pire scénario que j'ai en tête. Je suis sûre que nous allons nous en sortir si nous écoutons les autorités et que nous restons chez nous. » Le message est passé.