WTA : Barty zappe Indian Wells

Après Serena Williams et Naomi Osaka, un autre grand nom du tennis féminin a décidé de ne pas prendre part au tournoi d'Indian Wells, qui a été décalé de mars à octobre (du 6 au 17) cette saison en raison de la pandémie de coronavirus. Il s'agit d'Ashleigh Barty, qui sera remplacée dans le tableau principal par la Slovène Polona Hercog. La n°1 mondiale a officiellement déclaré forfait ce lundi, sans préciser les raisons. L'Australienne, qui n'a jamais dépassé les huitièmes de finale en deux participations au tournoi californien, a vécu une très belle saison 2021, avec notamment un quart à l'Open d'Australie, une victoire à Miami, un quart à Charleston, une victoire à Stuttgart, une finale à Madrid, un quart à Rome, une victoire à Wimbledon et à Cincinnati. Mais on l'a plus revue sur un court depuis son élimination surprise au troisième tour de l'US Open au début du mois contre Shelby Rogers. Depuis, son entraîneur a fait savoir qu'elle avait besoin de vacances, d'autant que la joueuse de 25 ans n'a pas pu rentrer chez elle depuis la fin de la tournée australienne en février, puisqu'elle devrait alors respecter une quarantaine obligatoire de deux semaines.

Quid du Masters ?


"Indian Wells est toujours dans ses plans, mais elle a besoin d’une pause. Je lui ai dit de prendre des vacances", avait confié son coach Craig Tyzzer à Reuters le 15 septembre dernier. Après Indian Wells, ce sont les tournois de Moscou et Courmayeur ou Cluj-Napoca qui sont prévus au calendrier WTA, mais il y a peu de chances qu'Ashleigh Barty y prenne part. La question est plutôt de savoir si elle se rendra au Masters de Guadalajara (la ville mexicaine remplace au pied levé celle de Shenzhen, en Chine, cette année en raison de la pandémie de coronavirus), qui aura lieu du 10 au 17 novembre et pour lequel elle est mathématiquement qualifiée depuis la semaine dernière. Là encore, son coach avait émis des doutes sur sa participation, pour deux raisons : "C'est au Mexique, à 1500 mètres d’altitude, et ils utilisent des balles sans pression là-bas. Les balles sans pression volent. C’est une balle qui, si vous l’utilisez dans des conditions normales, ne rebondit pas. Ce n’est pas la meilleure publicité pour les meilleures joueuses du monde de jouer dans des conditions qu’elles n’ont jamais expérimentées auparavant. Des conditions inconnues, un pays où elles n’ont jamais joué, je trouve que c’est juste ridicule. Comme spectacle, c’est juste effrayant. (...) Ce n’est pas facile pour nous d’aller jouer ce tournoi au Mexique et ensuite revenir en Australie avec deux semaines de quarantaine obligatoire à effectuer. Votre été (l’intersaison en Australie, ndlr) est en quelque sorte ruiné. Nous allons devoir nous asseoir et réfléchir un peu." Pour Indian Wells, la décision est prise, reste désormais à savoir si elle ira défendre son titre au Masters.

>