WTA : Barty, Raducanu et Suarez Navarro parmi les récompensées de l’année


Au lendemain de la publication du calendrier des six premiers mois de la saison 2022, la WTA a dévoilé ce mardi le nom des heureuses gagnantes des « WTA Awards », les récompenses de fin de saison qui sont décernées par un jury de journalistes du monde entier. Le prix le plus prestigieux, celui de la joueuse de l’année, a été attribué, sans grande surprise, à la n°1 mondiale Ashleigh Barty. L’Australienne de 26 ans est parvenue à rester sur le trône malgré une saison qui s’est arrêtée pour elle dès l’US Open, mais elle a eu le temps de remporter les tournois de Melbourne (Yarra Valley Classic), Miami, Stuttgart, Cincinnati et surtout Wimbledon, et de disputer la finale à Madrid. C’est la deuxième fois qu’elle reçoit ce prix, après 2019.

Deux trophées pour Krejcikova


Le trophée de révélation de l’année est quant à lui décerné à Emma Raducanu, la gagnante surprise de l’US Open. La Britannique de 19 ans a remporté son tout premier tournoi cette année (et quel tournoi !) et est passée de la 343eme à la 19eme place mondiale entre janvier et décembre. A confirmer en 2022 ! La « meilleure progression de l’année » est quant à elle attribuée à Barbora Krejcikova. La Tchèque de bientôt 26 ans a remporté ses trois premiers tournois cette année, à Strasbourg, et Prague, et bien sûr à Roland-Garros. Après avoir débuté 2021 au 65eme rang mondial, elle l’a terminée troisième, avec une participation au Masters. La Tchèque a même reçu un deuxième trophée, celui de la meilleure équipe de double, aux côtés de sa compatriote Katerina Siniakova, avec qui elle a remporté Madrid, Roland-Garros, les Jeux Olympiques et le Masters !

Une belle fin pour Suarez Navarro


Enfin, l’Espagnole Carla Suarez Navarro a été couronnée pour le « meilleur retour de l’année ». Touchée par un cancer en septembre 2020, alors qu’elle devait mettre un terme à sa carrière quelques mois plus tard, l’Espagnole de 33 ans a pris le temps de guérir et de revenir sur le circuit en 2021 pour disputer Roland-Garros, Wimbledon, les Jeux Olympiques, l’US Open et la Billie Jean King Cup, et ainsi avoir la fin qu’elle souhaitait.

>