Tennis - ATP - WTA : Bartoli veut donner moins d'argent au double

La crise que traverse l'ensemble du monde du sport offre un moment idéal pour réfléchir aux améliorations et changements à apporter aux différentes disciplines. En tennis, des discussions tournent notamment au tour d'une meilleure répartition des gains entre les différents joueurs du circuit. Dans le cadre de l'émission "Match Point" diffusée sur Tennis Majors, Marion Bartoli a détonné avec une proposition novatrice. L'ancienne vainqueur de Wimbledon estime tout simplement qu'il faut limiter le nombre de tournois de double tout au long de l'année afin d'offrir plus de revenus aux joueurs de simple.

« Je ne comprends pas toutes ces compétitions de double toute l'année »


« Je sais que je ne vais pas me faire des amis, mais je pense que nous devons le dire : je ne comprends pas toutes ces compétitions de double toute l'année. Je comprends pendant les tournois du Grand Chelem et les Jeux Olympiques parce que le double fait partie de l'histoire du tennis, mais je suis allée à certains tournois et je vois maintenant ces joueurs de double qui ont des équipes, comme six personnes autour d'eux. Quand j'étais joueuse, en tant que joueuse de simple, nous ne pouvions pas payer six personnes pour voyager avec nous à plein temps. Ils peuvent se permettre de payer six personnes et ils jouent juste en double », estime Bartoli.

« En double, vous ne faites pas le même effort qu'un joueur de simple »


Celle qui a finalement abandonné l'idée d'un retour sur le circuit WTA plaide pour que les joueurs de simple récupèrent une partie du prize-money destinée au double : « Pourquoi ne pas donner une partie de cet argent aux joueurs qui jouent les qualifications, à quelqu'un qui ne joue que des Challengers ? Je ne comprends tout simplement pas parce qu'en double, vous ne faites pas le même effort qu'un joueur de simple. Je ne sais pas si l'on doit arrêter complètement les doubles, mais leur donner moins d'argent et partager cela avec les qualifications, ce pourrait être une solution. »