Open d'Australie/Osaka : « Je guéris assez vite »



La saison passée, Naomi Osaka avait remporté l'Open d'Australie pour entamer l'année, quelques mois après avoir gagné l'US Open, et on pensait que la Japonaise allait régner sur le tennis féminin pour de bon. Mais après un printemps moyen (quart de finale à Miami tout de même), l'ancienne n°1 mondiale avait confié souffrir de problèmes de santé mentale. Forfait pour son deuxième tour à Roland-Garros puis de retour pour allumer la flamme olympique à Tokyo (avant de perdre en huitièmes), Osaka avait encore disputé deux tournois avant d'arrêter sa saison après l'US Open. De retour en janvier en Australie, la Japonaise va défendre son titre, mais elle ne se met aucune pression, comme elle l'a confié lors du "media day" ce samedi. « J'ai déjà été tenante du titre en Grand Chelem à trois reprises auparavant, et je n'ai clairement jamais été capable de le défendre (défaite en huitièmes à l'US Open 2019 et au troisième tour en 2021, défaite au troisième tour à l'Open d'Australie 2020, ndlr), reconnait-elle. Je pense qu'il y a bien sûr une pression supplémentaire. Vous y pensez toujours plus souvent qu'autrement. Mais là, je veux juste entrer dans ce tournoi en jouant bien. Je pense qu'en fin de compte, si je joue bien, je pourrai aller loin. Si je perds, je continuerai à apprendre et à m’entraîner pour m’améliorer. »

Osaka : "Je suis d’humeur positive"


Concernant sa santé mentale, Naomi Osaka (24 ans) assure qu'elle va mieux, et qu'elle tient un journal intime pour l'aider à se sentir bien dans sa tête. « J'écris ce que je ressens tous les jours. J'ai également acheté des bougies et de l'encens, pour me construire une routine dans ma chambre parce que je savais que j'allais y rester un peu, raconte-t-elle. Je suis d’humeur positive. Je guéris assez vite. Je me sens aussi bien que possible en ce moment. En dehors de cela, j'essaie simplement de m'amuser avec mon équipe, sachant qu'il y a beaucoup de joueurs qui aimeraient être dans la position dans laquelle je suis en ce moment, car être dans le tableau principal d'un Grand Chelem est définitivement un objectif. Je veux profiter de chaque jour. » Même si elle ne veut pas regarder le tableau de son tournoi, Naomi Osaka a tout de même été interrogée sur Ashleigh Barty, qui pourrait être son adversaire en huitièmes de finale, et elle s'est montrée très élogieuse : « Pour moi, je pense qu'elle est la n°1 idéale. Elle est tellement constante. J'ai vu l'année dernière tous les sacrifices qu'elle a faits pour voyager sans revenir en Australie. Je savais que ça devait être vraiment difficile. L'année dernière, je ne me suis entraînée qu'une seule fois avec elle. C'était à Roland-Garros. Je pense qu'elle est vraiment incroyable. Elle est toujours aussi positive. Elle et son entraîneur, ils sont toujours très gentils avec tous ceux que je peux voir. Je l'aime vraiment beaucoup. » Mais il faudra sans doute la battre pour rallier les quarts de finale.

>