Caroline Garcia, l'heure est grave

Reuters

La situation ne peut plus durer pour Caroline Garcia, à deux semaines de l'US Open. Dans la foulée de l'hallucinant échange avec son père il y a moins d'une semaine à Toronto, au coeur de son match perdu face à Jelena Ostapenko, la n°1 française a encore été éliminée dès le premier tour lundi à Cincinnati, face à la qualifiée polonaise Iga Swiatek (7-6, 6-1). C'est la neuvième fois, cette saison, qu'elle sort d'entrée lors d'un tournoi.

Face à son paternel et coach Louis-Paul, elle n'écoutait pas, ne réagissait pas. Elle ne voulait plus jouer. C'était à peine mieux lundi. Il y a bien eu ce retour de 5-2 à 5-5 dans le premier set, et encore un nouveau débreak à 6-5. Mais rien à faire... Eliminée au deuxième tour à Roland-Garros, elle avait gagné Nottingham avant de chuter dès le premier tour à Wimbledon. Le problème, désormais, c'est que Caroline Garcia ne fait même plus le yo-yo. Elle perd et continue de foncer droit dans le mur.

Lâcher la raquette durant 15 jours, déjà, devrait lui faire le plus grand bien. Et bien sûr, les questions de l'association avec son père et son cercle familial continuent plus que jamais de se poser. En moins de deux ans, la Lyonnaise est passée de demi-finaliste du Masters au 25e rang mondial. On ne lui souhaite pas d'aller jusqu'à perdre son statut de tête de série pour l'US Open, encore que... Tout ce qui pourrait être de nature à enlever de la pression à Caroline Garcia semble bon à prendre.