Wimbledon (H) : Murray se pose des questions sur la suite

Pour sa treizième participation à Wimbledon, Andy Murray est parvenu, comme lors de ses douze premières apparitions, à rallier le troisième tour cette année. Mais après avoir battu Nikoloz Basilashvili en quatre sets et Oscar Otte en cinq, l’Ecossais n’a rien pu faire contre Denis Shapovalov, qui l’a battu 6-4, 6-2, 6-2 vendredi soir. Après la rencontre, le joueur de 34 ans, 118eme mondial (il sera environ 101eme au prochain classement), s’est demandé si tous les efforts fournis pour disputer à nouveau son tournoi du Grand Chelem préféré valaient bien la peine. « J’ai besoin d’évaluer si tout ce travail acharné en vaut la peine. C’est positif de sortir de ce tournoi sans blessure. Mais le point négatif, c’est que j’ai l’impression que je peux mieux jouer au tennis, mieux terminer les matchs. J’ai besoin de temps sur le court et de temps pour m’entraîner. Je n’ai eu ni l’un ni l’autre. Il y a une partie de moi qui a l'impression d'avoir beaucoup travaillé au cours des trois derniers mois et qui n'a finalement pas joué comme je le voudrais. Est-ce que ça en vaut la peine ? Je ne dis pas que je m’attendais à battre Denis. C'est un joueur brillant. Mais j'ai l'impression que je pouvais faire beaucoup mieux que ce soir. Cette semaine a été vraiment bonne pour beaucoup de choses, mais frustrante aussi. J’ai joué deux longs matchs et c’est vraiment plus significatif que tout ce que j’ai joué ces six derniers mois. J'ai l'impression d'avoir mis beaucoup de travail là-dessus et perdre contre Denis est difficile. Si je dois mettre autant d'efforts, je veux jouer beaucoup mieux. J'ai traversé une semaine de Grand Chelem sans me blesser, donc c'est positif. Il y a eu des moments de très bon tennis mélangés à de très mauvais moments. »


Murray veut enfin enchaîner les matchs


Andy Murray, qui a enchaîné les blessures depuis quatre ans et les longues absences (aucun match entre juillet 2017 et juin 2018, six tournois pour terminer 2018, deux tournois entre janvier et août 2018 puis huit pour finir la saison avec à la clé une victoire à Anvers, quatre tournois en 2020, puis trois en février-mars 2021 avant de revenir pour la saison sur gazon), espère maintenant pouvoir enchaîner les matchs et les entraînements pendant une longue durée. « Il faudrait que mon équipe et moi puissions trouver un moyen de me garder sur le court pendant une période de temps consistante et de me permettre de m'entraîner de la manière dont j'ai besoin pour rivaliser avec ces gars-là. Ensuite les discussions sur ce que je ferai après viendront. J'espère que si je peux rester sur le court régulièrement pendant deux, trois, quatre mois, mon tennis reviendra à un niveau élevé. J'ai l'impression d'avoir beaucoup essayé au cours des deux dernières années, depuis que j'ai subi l'opération (à la hanche, ndlr), et je n'ai jamais réussi à prendre de l’élan. Pour pouvoir rivaliser avec des gars du niveau de Denis, mon jeu doit être parfait. » Il faudra qu’il soit parfait pour son prochain tournoi, qui ne sera autre que le tournoi olympique de Tokyo dans trois semaines. Mais il faudra sans doute un miracle pour que le joueur écossais, double champion olympique en titre, ramène une nouvelle médaille à la Grande-Bretagne.

>