Wimbledon : Federer célèbre à sa manière le dernier "Mid-Sunday"



Roger Federer a d'ores et déjà la nostalgie du "Mid-Sunday", ce fameux dimanche où on ne joue pas à Wimbledon en fin de première semaine. A partir de l'année prochaine, cette tradition n'existera plus sur les courts du tournoi du Grand Chelem londonien, où on jouera donc tous les jours. Le Suisse ne voulait donc pas manquer l'occasion d'effectuer une courte visite guidée pour ses fans : "C'est le dernier Middle Sunday de l'histoire, je ne pense pas que ça reviendra... J'ai donc pensé que c'était sympa de vous montrer ça, montrer aussi à quel point cet endroit compte pour moi, et je pense pour tous les joueurs. Il y a des parties en cours, donc on s'entraîne dans l'autre club rattaché au tournoi. Je ne sais pas d'où vient cette tradition, mais ça fait partie de l'histoire."


Roger Federer poursuit ensuite sa petite pérégrination, tout sourire comme un gamin : "Vous voyez qu'ils ont mis les courts sous bulle, je ne sais pas non plus vraiment pourquoi, sûrement pour contrôler l'herbe... On peut jouer à l'intérieur, peut-être. J'aime le tournoi et y jouer, je suis impatient d'affronter Lorenzo Sonego lundi." En 1991, 1997, 2004 et 2016, il y a eu quatre exceptions à cette règle du Middle Sunday, car il y avait eu trop de retard et des matchs ont dû tout de même se disputer à ce moment-là. Suit ensuite le Crazy Monday, où tous les huitièmes de finale se disputent. Ce ne sera donc plus le cas à partir de 2022, afin de répondre à une logique forcément mercantile pour que les téléspectateurs du monde entier puissent regarder des matchs le dimanche.

>