Rien n'arrête les Bleus !

Icon Sport

Ça sentait la poudre ce mercredi soir dans la Sud de France Arena. Quatre ans que l’Italie rumine sa défaite à domicile contre des Bleus futurs champions d’Europe, sur la route des quarts de l’Euro 2015. Et trois années que les Français pestent contre ce lourd revers inaugural aux JO de Rio (0-3) – une leçon dont ils ne se sont pas remis alors que les Transalpins, eux, ont fini vice-champions olympiques.  

Le contexte ainsi posé, ce choc de clôture de la poule A de l’Euro 2019 nous promettait bien des étincelles, et surtout un match de haute volée. Les spectateurs de l’arène montpelliéraine ont été servis ! Quatre sets joués à couteaux tirés, où ces deux nations phares du volley mondial se sont rendues coup pour coup, et au final une belle victoire de l’équipe de France, 3-1 (25-22, 22-25, 25-21, 25-22), pour un véritable carton plein depuis l’ouverture du tournoi.

Des retrouvailles en quarts ?

S’ils ont certes abandonné leur premier set de la compétition, les Ngapeth et consorts ont fait preuve d’une maîtrise et d’une force de caractère que les plus aguerris des Italiens, à l’image de Zaytsev, n’ont pu déjouer. Dans cette affiche, tout le monde a eu son mot à dire, les Clevenot, Lyneel, Brizard et Patry compris. Tous. Sans oublier évidemment un Toniutti qui pour l’occasion célébrait sa 300e en bleu. De fait, même quand les affaires ont semblé mal embarquées dans les troisième et quatrième actes, les hommes de Laurent Tillie ne se sont jamais démontés, soutenus par un public chauffé à blanc.

Avec ses cinq succès en autant de matches de poule (après les succès contre la Roumaine, la Grèce, le Portugal et la Bulgarie), l’équipe de France peut envisager le plus sereinement du monde le huitième de finale qu’elle jouera à Nantes, contre une sélection finlandaise qui a chipé à la Macédoine le quatrième sésame du groupe C en dominant au forceps la Turquie dans la soirée (3-2). La suite pourrait bien nous réserver un nouveau choc franco-italien, dès les quarts de finale. Toujours à Nantes.