Ligue A (H) : Le ministère retoque en l'état l'intégration de la Chine



Le projet un peu fou d’Yves Bouget ne sera finalement pas mené à bien. Après un flot de rumeurs, le président de la Ligue Nationale de volleyball (LNV) a confirmé au début du mois de juillet son idée d’élargir la Ligue A masculine (LAM) à seize équipes avec le repêchage de l’AS Cannes, relégué un an après son titre de champion de France, et l’intégration de la sélection nationale de Chine. Alors qu’un tel projet aurait apporté une manne financière non négligeable aux clubs professionnels, il s’est heurté aux réticences à peine voilées de certains dirigeants et une unanimité n’a jamais pu être trouvée. De plus, le ministère des sports s’est penché sur le sujet. « Le ministère nous a incité à revoir notre projet et à l’amender, à apporter des modifications substantielles, a récemment confié Yves Bouget dans des propos recueillis par RMC Sport. En conséquence, le projet tel qu’il avait été présenté ne pourra pas être prêt pour la saison 2022-2023. »

La LNV ne voit pas le projet aboutir avant 2024


Pour le président de la LNV, les objections avancées par les services dirigés par Amélie Oudéa-Castera imposent de « réécrire un projet et cela ne peut pas se faire en quinze jours ou trois semaines ». Autrement dit, les dirigeants du volleyball professionnel français renoncent à intégrer la sélection masculine de Chine à la Ligue A masculine dans un avenir proche mais également à la manne financière que cela aurait apporté. « Le volley professionnel français va perdre ainsi deux millions d’euros, soit le montant du contrat proposé. Il faudra trouver d’autres ressources, a admis Yves Bouget. Ce magnifique projet ne démarrera pas pour la saison 2022-2023, ni pour 2023-2024. Cela ne mettait pas en péril notre Ligue A et cela aurait rempli nos salles. » Alors que Narbonne est sous le coup d’une rétrogradation administrative en raison de comptes dans le rouge, le flou règne sur le nombre de clubs qui évolueront dans l’élite la saison prochaine.

>