Divers : L'avocat de Ngapeth s'explique

« Le joueur regrette l'ampleur prise par cette histoire qui s'avère totalement déconnectée de la réalité des faits et qui est à l'opposé de la considération et du respect qu'il a toujours porté aux femmes. Earvin Ngapeth est surtout attristé d'avoir causé, même parfaitement involontairement, un désagrément à cette femme et lui renouvelle ses excuses. » Vingt-quatre heures après l'arrestation au Brésil d'Earvin Ngapeth, placé dans la foulée en garde à vue pour harcèlement sexuel présumé, l'avocat de la star du volley français interpellé en marge du Mondial des clubs fait la lumière dans un communiqué transmis à nos confrères de L'Equipe sur les faits. « Earvin Ngapeth, qui était au Brésil pour participer à une compétition internationale, s'est trouvé au coeur d'un malentendu, dans la nuit du 9 décembre, qui l'a amené à être arrêté par la police brésilienne. Le joueur a confondu, lors d'une soirée en discothèque, une amie du groupe avec lequel il se trouvait avec une parfaite inconnue et a eu un geste, de fait, qu'elle a pu considérer comme inconvenant à son égard. Comprenant rapidement sa méprise et évidemment sincèrement désolé de la situation, Earvin Ngapeth s'est immédiatement excusé auprès de cette dernière. »

Ngapeth pas inquiété ?


Des explications qui laissent dire au Conseil du joueur vedette du Zenit Kazan (Russie) qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour le Varois, au même titre que ce dernier n'a pas à craindre pour la suite. « Cela n'a malheureusement pas été suffisant dans un premier temps. Mais, dans un second temps, la justice brésilienne devrait acter ce mardi que ce n'était qu'une blague avec une amie, sans strictement aucune intention de la part du joueur de réaliser un geste inapproprié vis-à-vis de la plaignante. Autrement dit, aucun délit à caractère sexuel n'est fondé. Et c'est bien ce que son avocat au Brésil, Maître Dino Miraglia, va démontrer lors de l'audience du 10 décembre. » Lundi soir, le site brésilien Globoesporte avait révélé que Ngapeth avait été arrêté à Belo Horizonte après avoir giflé les fesses d'une femme lors d'une fête organisée à l'issue du tournoi, terminé en troisième position par l'ancien joueur de Modène (Italie) et son équipe. La même source rapportait également que la femme en question, accompagnée de son compagnon et d'un ami, aurait donné un coup au bras du volleyeur avant d'appeler la police. Lundi soir, Ngapeth, après avoir reconnu les faits, attendait d'être entendu par un juge sachant que la libération sous caution n'existe pas au Brésil dès lors qu'il est question d'harcèlement sexuel. A encore son avocat, il devrait ressortir libre mardi et donc pouvoir se rendre en Belgique mercredi (si son état psychologique et de fatigue éventuelle le permettent) pour y disputer un match de Ligue des Champions avec le Zenit (contre Maaseik). A suivre