Bleues : Les regrets de Rousseaux après l'élimination en Challenger Cup



La légère euphorie tricolore est un peu retombée à Zadar. Peu après le succès de l'équipe de France féminine de volley en Ligue européenne (courant juin), les Bleues ont manqué le coche vendredi en Challenger Cup. Alors que les joueuses d'Emile Rousseaux avaient l'occasion de se rapprocher d'une qualification pour la Ligue des  nations, la défaite d'un rien, malgré deux balles de match, contre la Colombie (25-17, 25-16, 22-25, 11-25, 16-14) a fait volé en éclats cette possibilité. « Les deux premiers sets ont servi de match amical. On n'avait rien pu mettre en place parce qu'on ne pensait jamais jouer la Challenger Cup ! On était dépassé en réception. Mais on n'a pas chaviré. (...) On encaisse quatre points de suite au tie-break alors qu'on a deux balles de match, mais je ne peux pas vous dire pourquoi ou toute l'Europe sera heureuse de savoir ce que je demanderai la prochaine fois », a notamment expliqué le sélectionneur français, à l'issue du match.

De nets progrès depuis trois ans


« Sur le match, la différence est minime, on est 1 % en dessous en side-out et en transition. Mais cette équipe de France est déjà à l'échelon supérieur. La Colombie va au Mondial tout comme la Croatie et la République tchèque. On a battu ces deux dernières 3-0 et obtenu deux balles de match contre la première. Mais la sélection s'est faite au ranking et la Ligue européenne n'était pas encore jouée, a par la suite tenu à rappeler Rousseaux, dans des propos recueillis par L'Equipe en Croatie. Il faut se rappeler qu'il y a trois ans on était 50eme au classement mondial, aujourd'hui autour de la 20eme place. C'est frustrant, mais il faut l'accepter et poursuivre notre chemin. » Désormais, il va falloir digérer cette défaite, synonyme de retour sur terre, pour rebondir rapidement lors des prochaines échéances des Bleues. Un "tournoi de France" devrait avoir lieu courant septembre avec de grosses nations mondiales.

>