US Open (H) : Zverev a d’énormes regrets mais y croit encore



A quelques points près, Alexander Zverev aurait pu devenir le premier joueur allemand depuis Boris Becker à l’Open d’Australie 1996 à remporter un tournoi du Grand Chelem. Mais le joueur allemand s’est finalement incliné contre Dominic Thiem en finale de l’US Open, après avoir pourtant compté deux sets et à un break d’avance. En conférence de presse, le joueur de 23 ans était forcément abattu. « Mener deux manches à zéro, avec un break d’avance, et perdre une finale de Grand Chelem, ce n’est pas facile. Le match a tourné quand il m’a breaké la première fois dans le troisième set. Il a commencé à jouer bien mieux, et moi j’ai joué de pire en pire. Mais j’ai tout de même encore eu plein de chances après ça. J’étais à quelques jeux, quelques points, de remporter mon premier titre du Grand Chelem. Ce qui me dérange le plus, ce n’est pas le troisième set, mais le cinquième. J’ai eu beaucoup d’opportunités et je ne les ai pas converties. Mais bon, j’ai 23 ans, je ne pense pas que c’était ma dernière chance. Je continue à croire que je gagnerai un Grand Chelem un jour. »

Ses parents touchés par le coronavirus


Alexander Zverev a également évoqué son discours, où il n’a pas pu retenir ses larmes en révélant que ses parents avaient été touchés par le coronavirus : « Mes parents vont bien. Ils sont déjà négatifs. C’est pour ça qu’ils ne sont pas venus ici. Perdre 7-6 au cinquième après avoir eu deux sets et un break d’avance, ce n’est pas facile. Pendant le discours, j’étais rempli d’émotions. Je ne pouvais plus aligner deux mots. Je ne sais même plus ce que j’ai dit. C’était un moment difficile pour moi. » Le n°7 mondial va désormais s’accorder deux semaines de repos pour se remettre de ses émotions, avant d’attaquer Roland-Garros.