US Open (F) : Sakkari s'offre Andreescu et rejoint Ka.Pliskova, Bencic s'offre un troisième quart en Grand Chelem, contre la surprenante Raducanu


Sakkari s'offre Andreescu


Demi-finaliste en juin dernier à Roland-Garros, où elle s'était retrouvée à un point de la finale (elle s'était inclinée face à la future lauréate Barbora Krejcikova à l'issue d'une lutte assez incroyable conclue 9-7 par la Tchèque au troisième set), Maria Sakkari se rapproche également d'un dernier carré à New York. Pour la première fois de sa carrière, la Grecque s'est hissée lundi en quarts de finale de l'US Open. Une première que la 18eme au classement doit à son nouvel exploit (6-7, 7-6, 6-3), face à la Canadienne Bianca Andreescu, numéro 7 mondiale et victorieuse du tournoi en 2019. Après 3h30 de jeu entre les deux joueuses et deux jeux décisifs pour les départager dans les deux premières manches (7-2 puis 8-6), Sakkari a fini par avoir le dernier mot contre Andreescu, alors que c'est la Canadienne, blessée ensuite à une cuisse, qui avait le mieux démarré le match en remportant la première manche et mis ainsi la pression sur son adversaire. Renversante, Sakkari croisera sur sa route pour une place en demi-finales une habituée des performances de haut rang à Flushing Meadows Karolina Pliskova. Mercredi, la Tchèque disputera face à la Grecque son quatrième quart de finale en carrière à l'US Open, où elle avait atteint la finale en 2016. Quatre jours après être passée tout près de la sortie (elle avait dû effacer une balle de match contre Amanda Anisimova), la quatrième au classement WTA a dominé en deux sets (7-5, 6-4) Anastasia Pavlyuchenkova malgré la belle résistance de la Russe, qui avait même breaké d'entrée la finaliste malheureuse du dernier Wimbledon, mais sans parvenir à conserver son avantage plus d'un jeu.

Triple ban pour Bencic





Troisième quart de finale en Grand Chelem pour Belinda Bencic, et troisième quart à l'US Open ! La Suissesse adore jouer à New York et cela se voit encore cette année, avec une présence parmi les huit dernières joueuses du tournoi, comme en 2014 et 2019. Sur la lancée de son titre olympique conquis à Tokyo, la joueuse de 24 ans continue de passer les tours les uns après les autres, et ce lundi en ouverture du programme sur le Louis Armstrong Stadium, elle a dominé Iga Swiatek sur le score de 7-6, 6-3 après 2h09 de jeu. Alors que la Polonaise, 8eme mondiale, avait remporté leur première et unique confrontation, à Adelaide en février, la 12eme mondiale a pris sa revanche. Elle a notamment très bien débuté le match en breakant d'entrée la gagnante de Roland-Garros 2020. Elle s'est ensuite procurée trois balles de 4-1 et une balle de 5-2 mais ne s'est pas mise à l'abri, et comme on pouvait s'y attendre, Swiatek est parvenue à débreaker, revenant à 5-5. La Polonaise a même eu une balle de set à 5-4 sur le service adverse, mais le premier set s'est finalement joué au tie-break. Un jeu décisif interminable, remporté 14-12 par Bencic sur sa cinquième balle de set, après en avoir sauvé trois pour Swiatek. Dans le deuxième set, la Polonaise a manqué une balle de break à 1-1, et c'est finalement son adversaire qui a breaké en premier, à 2-1, et n'a ensuite plus perdu que cinq points sur sa mise en jeu pour remporter ce match. Seule joueuse à avoir disputé la deuxième semaine de tous les tournois du Grand Chelem cette année, Iga Swiatek s'arrête là, alors que Belinda Bencic aura un énorme coup à jouer pour rallier le dernier carré comme en 2019, puisqu'elle affrontera Emma Raducanu.

La sensation Raducanu !





Mais attention à la Britannique ! La joueuse de 18 ans, 150eme mondiale et issue des qualifications, a livré une copie quasi-parfaite en huitièmes de finale pour se défaire de Shelby Rogers, tombeuse de la n°1 mondiale Ashleigh Barty au tour précédent. La native de Toronto, dont le père est roumain et la mère est chinoise, qui avait déjà créé la sensation en atteignant les huitièmes de finale à Wimbledon avant d'être victime d'une crise de panique contre Ajla Tomljanovic, s'est imposée 6-2, 6-1 en 1h06 contre la n°43 mondiale. Pourtant, Rogers a breaké d'entrée de match et a même eu deux balles de 3-0. Et ensuite ? Le trou noir ! Raducanu a débreaké pour revenir à 2-2 puis a remporté quatre jeux de suite pour empocher la première manche en profitant des nombreuses fautes directes de son adversaire (18 dans le premier set), notamment en revers. Dans le deuxième, la Britannique a poursuivi sur son incroyable lancée en remportant les cinq premiers jeu face à une Rogers complètement dépassée par les événements. L'Américaine a stoppé l’hémorragie en gagnant enfin un jeu à 5-0, puis en se procurant trois balles de débreak, mais Raducanu a finalement conclu sur sa quatrième balle de match.

Avec A.C

>