US Open : Djokovic poursuit tout de même sa préparation

Panoramic


Novak Djokovic entend garder espoir. Victorieux pour la septième fois à Wimbledon au début du mois de juillet, celui qui pointe désormais à la septième place mondiale en raison de la non-distribution de points par l’ATP à l’issue du tournoi londonien n’est pas certain de participer à l’US Open, qui doit s’ouvrir le 29 août prochain à Flushing Meadows. En effet, réfractaire à la vaccination contre le coronavirus, ce qui l’a empêché de participer à l’Open d’Australie en début de saison à l’issue d’un début d’incident diplomatique, le Serbe ne devrait pas être autorisé à entrer sur le territoire des Etats-Unis. Toutefois, au travers d’une vidéo publiée sur son compte officiel Instagram, Novak Djokovic a confirmé faire le nécessaire pour se préparer à participer à la quatrième et dernière levée du Grand Chelem. « Je me prépare comme si j’allais être autorisé à participer tout en attendant de savoir s’il y a une possibilité pour moi de voyager en direction des Etats-Unis, a ainsi déclaré l’ancien numéro 1 mondial. Je croise les doigts ! »


Djokovic prêt à faire pression ?


En l’état actuel des choses, Novak Djokovic ne pourra pas participer aux épreuves préparatoires à l’US Open, notamment les Masters 1000 de Montréal du 8 au 14 août puis de de Cincinnati du 14 au 21 août. Toutefois, le Serbe assure garder espoir et salue le soutien populaire dont il fait l’objet. « Je souhaitais prendre un moment et dire à chacun d’entre vous à quel point je suis reconnaissant de voir autant de messages de soutien et d’amour venant de partout dans le monde ces derniers jours, a ainsi confié Novak Djokovic. Je ne m’y attendais pas et c’est pour cela que c’est si époustouflant. Je voulais vous dire merci. C’est spécial de voir les gens s’attacher à ma carrière dans le tennis d’une manière si aimante et me souhaiter de continuer à jouer. » Est-ce qu’un soutien populaire massif pourrait changer la donne et permettre au Serbe de participer à l’US Open malgré sa non-vaccination contre le coronavirus et la rigidité de la réglementation aux Etats-Unis ? La question a le mérité de se poser.

>