Ligue Europa : Lyon et Monaco s'imposent !

Reuters

En déplacement à Glasgow pour défier les Rangers de Steven Gerrard, Lyon a parfaitement négocié ses débuts en Ligue Europa. Le club rhodanien a récolté un précieux succès pour prendre les commandes de son groupe. Et si ce match n'a pas été un long fleuve tranquille pour les Gones, il leur aura au moins permis de confirmer leur renouveau, y compris sur le plan défensif, avec un clean sheet bienvenu.

Il faut dire que le scénario a bien facilité la tâche des Lyonnais. Après un round d'observation dans le premier quart d'heure, les hommes de Peter Bosz ont trouvé l'ouverture sur leur première incursion réelle. Et c'est de Toko-Ekambi que la lumière est venue.

 

L'OL enfin réaliste


Pas attaqué à l'entrée de la surface, l'international camerounais s'est défait de ses gardes du corps pour accélérer dans la surface et déclencher une frappe victorieuse à mi-distance (0-1, 23eme). Bien en place, l'OL aurait pu faire le break par Gusto avant la pause (38eme), mais la formation rhodanienne a également traversé quelques turbulences, Lundstram (36eme) puis Kent (41eme) faisant passer des frissons dans la défense lyonnaise.

Le second acte a été du même acabit, avec une bonne gestion des temps forts et des temps faibles dans les rangs lyonnais. Plus réalistes, les Gones ont ainsi fait le break sous l'impulsion de Slimani, qui a poussé Tavernier à la faute (0-2, 55eme). Il faut aussi reconnaître que les Rangers ont manqué de chance, Tavernier plus particulièrement, puisqu'après avoir marqué contre son camp, le capitaine des locaux a vu sa frappe sur coup-franc s'écraser sur le montant de Lopes (65eme). L'OL s'est attelé à conserver ce précieux avantage dans la dernière demi-heure. Le contrat est rempli.

 

C'est avec un onze largement remodelé que Monaco a entamé sa campagne européenne, ce jeudi soir, contre le Sturm Graz. Et si le club de la Principauté n'a pas rendu une copie inoubliable, il peut se targuer d'avoir fait le métier pour récolter une première victoire dans cette phase de groupes, respectant ainsi son tableau de marche pour se projeter un peu plus loin dans cette C3, après avoir échoué au portes de la C1.

Les joueurs du Rocher ont traversé cette rencontre de façon inégale. La première demi-heure aurait dû leur permettre de débloquer la situation, mais Gelson Martins a buté sur Siebenhandl dans une position pourtant idéale (26eme).

Coaching gagnant pour Kovac


Volland n'a pas été plus précis dans la foulée, l'Allemand voyant le cadre se dérober sur un coup de tête mal exécuté (42eme). Il a finalement fallu attendre le second acte et un peu de sang neuf, avec les entrées de Fabregas, Ben Yedder et Golovin, pour voir l'ASM prendre le dessus. Les trois « super subs » du soir sont d'ailleurs impliqués sur le but décisif du jeune Diatta, de la tête à la conclusion d'une belle action collective (1-0, 66eme). Avant et après cela, Monaco a connu des hauts et quelques bas.

Les hommes de Niko Kovac se sont fait une grosse frayeur juste avant la mi-temps sur une frappe puissante de Ljubic qui s'est écrasée sur la barre (43eme). Ils auraient aussi pu saler l'addition sur une dernière opportunité de Ben Yedder dans les arrêts de jeu (90eme +3). Qu'importe, l'affaire était jouée. Monaco capitalise et engrange un peu de confiance pour ses joutes domestiques.


>