Ligue Europa : La fusée Kalimuendo a redécollé

Baptiste Autissier / Panoramic

Les Ukrainiens sont déjà venus à Rennes il y a quatre ans. Déjà en Ligue Europa, ils s'étaient imposés 2-1 à 10 contre 11 au Roazhon Park avant de se défaire 3-1 des Rennais à Kiev pour terminer en tête du groupe. Mais si beaucoup des joueurs d'alors seront encore sur la feuille de match côté Dynamo, leurs conditions de vie, d'entraînement et de compétition se sont nettement détériorées depuis l'invasion russe. Le Stade rennais a invité au stade 250 réfugiés ukrainiens, via l'association All Behind Ukraine, mais sur le terrain, l'équipe qui reste sur sept matches sans défaite ne compte pas faire de cadeau: seule la première place du groupe est qualificative pour les 8es de finale.

"Dans la petite profondeur"

Pour cela, Bruno Genesio dispose d'une force de frappe importante à l'avant, où Kalimuendo, handicapé par une blessure en début de saison, est désormais lancé. Dimanche à Strasbourg (victoire 3-1), il a inscrit son premier but en Rouge et Noir, avec un contrôle dos au but et une frappe enroulée de toute beauté, avant d'offrir les deux autres buts rennais à Martin Terrier et à Amine Gouiri. Si le premier but avait tout d'un exploit personnel, le deuxième et surtout le troisième, fruit d'une combinaison jubilatoire entre Benjamin Bourigeaud, Kalimuendo et Gouiri, ont rappelé aux supporters les meilleurs moments de la saison dernière.

"On commence à trouver nos repères offensivement", explique Bourigeaud, ravi de la vitesse de son nouveau partenaire. "Ses appels en profondeur nous font du bien, et ça déstabilise pas mal les défenses donc forcément qu'il nous a apporté beaucoup. On est content de l'avoir avec nous". "Il fait beaucoup d'appels dans la petite profondeur", même s'il n'est pas toujours servi, ajoute Bruno Genesio, tandis que Gouiri "est davantage dans l'interligne, dans les demi-espaces".  "Ça donne un duo d'attaque très complémentaire avec les joueurs que l'on a, aussi, sur les côtés, ça nous laisse beaucoup de possibilités", se réjouit l'entraîneur, alors que Rennes a déboursé plus de 50 millions d'euros pour faire venir les deux joueurs cet été.

"Que du plaisir"

"On en parle souvent avec Amine, on sait déjà où se placer par rapport à l'autre, on a déjà joué en 4-4-2 avec les Espoirs", reconnaît Kalimuendo, qui a été formé au PSG avant de participer aux beaux jours de Lens ces deux dernières saisons en prêt. L'attaquant de 20 ans ne regrette pas d'être désormais à Rennes: "C'est très sain. On a une qualité exceptionnelle devant (...), ce n'est que du plaisir d'évoluer avec ces joueurs-là". Et "plus on joue, plus on va créer des automatismes", prévient-il. Bien sûr, les trois buts inscrits à Strasbourg l'ont été après l'expulsion de Gerzino Nyamsi. A 11 contre 11 la première demi-heure, Rennes n'avait pas vraiment brillé.

Mais au moins, les hommes de Bruno Genesio ont su profiter de cette supériorité numérique, ce qu'ils n'avaient pas réussi à faire à Monaco (1-1) puis à Troyes (1-1). Plus que les larges victoires contre Brest (3-1) et contre Auxerre (5-0), ce premier succès à l'extérieur en Ligue 1, couplé à la bonne prestation à Marseille (0-0) juste avant la trêve, pourrait aider à balayer les doutes du début de saison.


>