Ligue Europa : A Galatasaray, Feghouli promet une chaude ambiance à l'OM

Reuters

A deux journées de la fin, Galatasaray est en tête du groupe E avec huit points et ce dernier match à domicile, jeudi au Nef Stadyum, peut permettre aux Turcs d'enfoncer le clou, ce qu'ils auraient déjà pu faire lors de la précédente journée avant d'être repris par le Lokomotiv Moscou (1-1). "Face à Moscou, c'est vrai que c'était l'occasion de prendre deux points de plus, mais il faut rester positif. De leur côté, l'OM et la Lazio ont fait match nul (0-0), donc c'est statu quo", a jugé Feghouli il y a une quinzaine de jours, lors d'une interview avec l'AFP. 

"On est en tête et il ne reste plus que deux matches, dont celui à domicile face à Marseille, pour se qualifier", a-t-il ajouté, confiant. Malgré la défaite de dimanche contre Fenerbahçe dans le derby d'Istanbul (2-1), Feghouli croit aux chances de son équipe, devant un public réputé bouillant. Mais alors que la saison marseillaise a été émaillée d'incidents, à l'image du match de dimanche interrompu à Lyon après que Dimitri Payet a reçu une bouteille d'eau au visage, l'ancien joueur de Valence et Grenoble n'imagine pas de dérapages possibles jeudi. 

"Non, les supporters turcs en général se comportent bien. Je ne pense pas qu'il y aura des incidents. Par contre, l'ambiance va être très, très chaude... J'ai hâte de jouer ce match devant nos supporters et j'espère que le stade sera plein", a-t-il expliqué. Arrivé à Istanbul en 2017, l'Algérien y a relancé sa carrière après une expérience décevante en Premier League, à West Ham, et y a retrouvé la ferveur dont il s'était nourri à Valence. 

Rendez-vous à la CAN

"Galatasaray, c'est comme ce que j'ai connu en Espagne, si tu perds c'est la crise. En Angleterre c'était +keep going guys+, et il y en a qui allaient en soirée après... Mais moi je ne supporte pas ça. Ici, une défaite, c'est la fin du monde et ça me va, j'ai besoin de gagner. C'est ça la compétition", a-t-il raconté. "Ici, à Valence, ou en équipe nationale, il faut toujours gagner." Pilier de la sélection algérienne, Feghouli a encore constaté les attentes qui entourent les "Fennecs" la semaine dernière, avec un match étouffant face au Burkina Faso (2-2), lors duquel il a marqué et contribué à la qualification de son équipe pour les barrages d'accession au Mondial-2022.

En janvier, il sera de nouveau très attendu sous le maillot national pour la CAN au Cameroun, au cours de laquelle l'Algérie défendra son titre. "Aujourd'hui, nous sommes l'équipe à battre et on va essayer de continuer ainsi. L'objectif est de gagner de nouveau au Cameroun", a-t-il assuré. Entretemps, il va donc tenter jeudi face à l'OM d'emmener Galatasaray en 8e de finale de la C3, au moment où la question de sa prolongation de contrat commence à se poser.

"Je suis sous contrat jusqu'en juin et j'espère pouvoir discuter pour prolonger l'aventure ici. Ce n'est pas un secret, j'aime la vie à Istanbul. Galatasaray, c'est ma maison. Les gens m'apprécient. J'ai gagné des titres ici, je me sens bien dans ce club, dans cette ville, dans ce pays", a-t-il expliqué. "Je vais avoir 32 ans (le 26 décembre) et je sens que j'ai encore beaucoup à donner."


>