Tensions à Lyon après la qualification avec des affrontements entre joueurs et supporters

Lyon a atteint ce mardi les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, mais l’atmosphère régnant au Groupama Stadium à l’issue du dernier match de poule contre le RB Leipzig (2-2) ne le laissait guère deviner. Alors qu’ils espéraient célébrer la qualification avec leurs supporters, les joueurs rhodaniens ont eu droit à des insultes et des crachats de la part d’une partie des Ultras. Ceux qui depuis plusieurs semaines s’en prennent au défenseur Marcelo et réclament son départ.

La scène était totalement ubuesque. Cinq minutes à peine après le coup de sifflet final, les joueurs lyonnais et des fans en colère ont failli en venir aux mains. Les stadiers ont été obligés d’intervenir en urgence, avant que cela ne dégénère en une bagarre générale. Des altercations regrettables et qui donnent une très mauvaise image du lien qui existent entre l’équipe et ses fans.

Tout est parti d’un « supporter » descendu des tribunes pour afficher une banderole offensante à l’endroit de Marcelo. Cela n’a guère été du goût de Memphis Depay, le capitaine de l’équipe. Le Néerlandais a même voulu en découdre avec le provocateur, avant que la sécurité n’intervienne et que ses coéquipiers ne viennent aussi à son secours. Marcelo, qui était à ce moment-là dans le tunnel, est également revenu à grandes enjambées sur le terrain. En colère, le Brésilien a perdu son sang-froid et a mis de l’huile sur le feu en allant montrer un doigt d’honneur au public.

 

Depay tape du poing sur la table

"On veut faire un avec les fans, et eux ne veulent pas"

Petit à petit, tout est rentré dans l’ordre et les joueurs ont regagné le vestiaire. Cependant, ils l’ont fait avec le moral au plus bas et un immense sentiment de colère. Au micro de RMC Sport+, Depay s’est dit « furieux ». « Oui, je suis en colère, regardez-moi ! Je ne sais pas quoi dire. C’est extrêmement difficile pour une équipe de jouer, en sachant que l’un d’entre nous n’est pas soutenu par les supporters, a-t-il déploré sur un ton remonté. Qu’est-ce que vous attendez de nous ? Ils insultent nos familles. Franchement, la, ça me rappelle mon passé. Et je n’ai plus envie d’être cet homme-là. Ça n’a aucun sens de jouer dans un stade plein, si après la rencontre on ne peut pas se réjouir avec les supporters. On veut faire un avec les fans, et eux ne veulent pas. C’est au président et à la direction de prendre les responsabilités. Ce soir, il m’est difficile de rester calme. »

Les propos de l’ailier néerlandais, héros du soir avec ce but synonyme de qualification qu’il marque en toute fin de match, sont lourds de sens. Ils expriment aussi un vrai ras-le-bol. Il y a fort à parier que l’institution lyonnaise ne va pas en rester là, et que cet incident, mettant aux prises joueurs et supporters, aura nécessairement des conséquences. Anthony Lopes, le gardien de l’équipe, l’a d’ailleurs reconnu, en essayant cependant d’être plus mesuré dans ses déclarations : « Vous avez vu, je n'ai pas besoin d'en dire plus. A nous de régler en interne. C’est quelque chose qui reste entre nous et eux. On va essayer de trouver une solution. »