Pour la presse allemande, la défaite du Bayern "est une blague"

Panoramic

Pour Kicker, le magazine de football de référence, "Mbappé a fait la différence: un Bayern supérieur a cédé au PSG". Et le journal de constater: "Malgré une supériorité écrasante en nombre d'occasions et de tirs au but, le Bayern a perdu 3-2 (...) et doit maintenant se faire du souci pour la suite de son parcours en Ligue des champions". "Le dos au mur", proclame le Spiegel: "Malgré l'une de ses meilleures prestations de la saison, le Bayern est au bord de l'élimination dans la compétition reine. Inquiétudes pour le retour: les nouveaux blessés (Goretzka et Süle) et la classe mondiale pure des attaquants adverses"

Même tonalité pour Focus online: "Les Munichois étaient meilleurs que le PSG: cette défaite est une blague (...) mais le Bayern a échoué à cause de son incapacité atypique à convertir ses occasions en but, et de ses faiblesses défensives bien connues". "Devant, il a manqué l'efficacité munichoise, derrière la discipline", déplore pour sa part la FAZ de Francfort, plus critique, qui préfère toutefois titrer sur "L'inébranlable optimisme du FC Bayern", en citant l'entraîneur Hansi Flick et des joueurs qui ont, juste après le match, assuré qu'ils avaient encore toutes leurs chances à Paris.

Le quotidien Abendzeitung de Munich constate aussi que le Bayern était satisfait de sa prestation mercredi soir: "Les joueurs et l'entraîneur veulent aller à Paris avec le même plan de match". La première réaction à chaud de Hansi Flick a d'ailleurs été de féliciter son équipe sur "l'état d'esprit et sur la manière""Toute une série de stars ont joué en-dessous de leur niveau contre le PSG", tacle pourtant le site T-Online.

Dans les notes attribuées aux joueurs, le gardien de but Manuel Neuer se fait éreinter par tous les médias à cause de sa bourde sur le premier but. Mais la défense centrale, Süle (sorti sur blessure) et Boateng, est également descendue en flèche, de même que Leroy Sané en attaque. Les meilleures notes vont unanimement à Joshua Kimmich, qu'il partage, sur certains médias, avec Thomas Müller.

Flick : "On va tout faire pour retourner la situation à Paris"


>