Manchester City : Grealish, le chaînon manquant ?

Reuters

S’il est la recrue phare de l’été outre-Manche, Jack Grealish, débauché à Aston Villa par Manchester City moyennant plus de 117 millions d’euros, ne s’imaginait peut-être pas autant jouer dès son arrivée chez les champions d’Angleterre. Et ses nouveaux coéquipiers non plus… Le milieu de terrain offensif a en effet été systématiquement titularisé par Pep Guardiola lors des six matchs de Premier League disputés par les Cityzens, ainsi que lors de la large victoire contre Leipzig en ouverture de la phase de groupes de la Ligue des champions (6-3).
 

Mahrez : "Il a joué beaucoup de matchs"


"C’est sûr qu’il s’est bien intégré. Et je pense que l’entraîneur et l’équipe l’aident vraiment, a reconnu Riyad Mahrez en conférence de presse lundi, à la veille du choc contre le PSG au Parc des Princes, avant d’évoquer le temps de jeu de l’ancien Villan, avec la franchise qui le caractérise. Il a bien sûr joué beaucoup de matchs, ce qui facilite l’adaptation. Quand je suis arrivé (de Leicester en 2018, ndlr), je n’ai pas joué autant de matchs tout de suite." Une déclaration faite sans aucune amertume ni jalousie de la part de l’international algérien, qui a souligné que "tout allait bien" pour son nouveau partenaire.
 

Excellent face aux Blues


Celui qui est devenu le chouchou du public anglais lors du dernier Euro a d’ailleurs déjà marqué à deux reprises, à chaque fois à domicile, contre Norwich et Leipzig, et délivré autant de passes décisives, contre la formation allemande ainsi que face à Arsenal. Et il a même failli inscrire un troisième but samedi lors du choc contre Chelsea. Un remake de la dernière finale de C1 largement dominé par les Mancuniens, "seulement" vainqueurs 1-0 à Stamford Bridge, où Grealish a fait étalage de toute sa classe pour son premier grand choc, et fait vivre un enfer à la défense des Blues. Un joueur atypique qui peut faire la touche de trop et accumuler les pertes de balle, mais aussi, et surtout, être capable de coups de génie qui peuvent faire basculer un match. Et si c’était le chaînon manquant pour permettre aux Cityzens de s’asseoir sur le toit de l’Europe ?
 

Le petit bijou de Jack Grealish en soliste !


>