Lyon ne jouera pas à Kharkov

Reuters

C’est une certitude – et un soulagement sans doute pour un Jean-Michel Aulas qui l’appelait de ses vœux: le match de Ligue des champions du 12 décembre prochain entre le Shakhtar et l’OL ne se jouera pas à Kharkov, une ville située à 40 km à peine de la frontière russe, dans une région où a été décrétée ces derniers jours la loi martiale, sur fond de tension militaire entre Kiev et Moscou.

"Aucune rencontre de l'UEFA ne pourra se dérouler dans des lieux où la loi martiale est en vigueur", dixit Giorgio Marchetti, le responsable des compétitions à l'UEFA, qui précise ce lundi que "la rencontre entre le Shakhtar et Lyon ne se déroulera pas à Kharkov". Ce quatre jours après la délocalisation d’un match de Ligue Europa entre le club ukrainien du FC Vorskla et Arsenal.

Une affiche décisive

L’OL pourrait donc être invité à se déplacer à Kiev ou à Lviv, où le Shakhtar Donetsk a déjà joué entre 2014 et 2016 avant de rallier Kharkov. Pourtant le club ukrainien se préparait à recevoir les Gones dans son antre habituel, la billetterie était ouverte et l’entraîneur de l’équipe première Paulo Fonseca encourageait les Lyonnais à "venir tranquilles, car tout est paisible à Kharkov".

Comble de l’ironie, le directeur des services du Shakhtar, Vadim Gunko, soufflait dans les pages de L’Equipe ce lundi: "D’après les dernières images que j’ai vues de la France, c’est beaucoup plus calme et sûr ici..." Une allusion bien sûr au mouvement des gilets jaunes et à ces débordements observés par le monde entier à Paris notamment. Rappelons que le match qui s’annonce entre Donetsk et l’OL est décisif. Les deux formations se disputant le deuxième place de poule qualificative pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Un accessit promis aux Lyonnais s’ils ne perdent pas le 12 décembre.