Liverpool : Alexander-Arnold, latéral superstar

Reuters

Quelle ironie ! Au moment où la Masia, la fameuse école de formation barcelonaise, se montre pour l’heure incapable d’assurer la relève, qui doit incarner ce que sera le Barça de demain sans Messi, Liverpool a non seulement occis l’ogre catalan (4-0, aller : 0-3) au terme d’une soirée d’anthologie mardi, à Anfield, grâce aux doublés de deux doublures, Divock Origi et Georginio Wijnaldum. Mais l’équipe de Jürgen Klopp a aussi pu compter sur les deux passes décisives d’un gamin, né sur les bords de la Mersey, âgé d’à peine 20 ans, Trent Alexander-Arnold, dont le corner tiré à "l’instinct" est à l’origine du but de la qualification, signé Origi (79e).

Une inspiration géniale pour celui qui fait déjà figure de spécialiste en matière d’offrandes pour ses partenaires, puisqu’il totalise désormais pas moins 15 ballons de but en 38 matches joués toutes compétitions confondues (dont 11 en Premier League, à égalité avec... Andrew Robertson, le latéral gauche des Reds). Sacré ratio. Mais que dire donc, après un premier centre à l’origine du premier but de Wijnaldum (54e), de ce corner improbable tiré à dix minutes du coup de sifflet final, alors que le score de 3 buts à 0 promettait aux deux équipes une irrespirable prolongation.

"C'était juste de l'instinct"

On pense sur le moment que l’enfant de Liverpool va céder la place à Xherdan Shaqiri… mais il se ravise pour décocher une frappe supersonique en plein milieu d’une surface désertée par les défenseurs barcelonais, absents au marquage, notamment d’un Divock Origi esseulé au point de penalty: "C'était juste de l'instinct, avouera le jeune latéral, cité par la BBC. Vous voyez l'opportunité... Le ballon est arrivé un peu trop vite sur lui, mais c’est un top joueur. C'était un de ces moments où une opportunité s'ouvre à vous, et il était évident que « Div » était idéalement placé pour conclure. Tout le monde va se souvenir de ce moment."

Un geste pour l’éternité que les spectateurs, présents dans les tribunes d’Anfield, raconteront plus tard à leurs enfants et petits-enfants. Son entraîneur, lui, n’en est toujours pas revenu et, sous le charme, il savait, en conférence de presse, saluer l’audace de son jeune international anglais, déjà présent parmi les 23 sélectionnés de l’équipe d’Angleterre lors du dernier Mondial en Russie (*). Et dont la progression n’en finit plus, encore signalée par sa présence dans le onze type de la saison en Premier League.

"Nous avons marqué un but de plus, nous savons tous qu’il faut un peu de chance dans cette situation ou bien un éclair de génie, comme celui de Trent Alexander-Arnold. Wow ! J’ai vu le ballon dans le filet et je n’avais aucune idée de qui avait tiré le corner et qui avait marqué. Cela a été trop vite, décrit un Jürgen Klopp plein d’admiration pour ses joueurs. Puis, j’ai revu l’action, c’est incroyablement intelligent. Deux joueurs seulement connectés à ce moment-là, c’était assez. C’était… Oh mon Dieu… C’était du génie."

 

 

-----------------------------------------------------------
(*) Alexander-Arnold est appelé parmi les 23 pour la Coupe du monde 2018, alors qu’il ne compte que 3 sélections avec les Espoirs. Il honore sa première sélection avec l’équipe d’Angleterre en tant que titulaire le 7 juin 2018 en amical contre le Costa-Rica (2-0).   


>