Lille n'était pas au niveau

Reuters

Vu de France, le Losc reste l'une des équipes les plus attrayantes des derniers mois. Mais il y a un monde entre la Ligue 1 et la Ligue des champions, que n'ont pas su combler les Lillois mardi soir, à l'occasion de la première journée de la plus prestigieuse des coupes européennes. Malgré une envie de bien faire évidente, du mouvement et de l'envie, de réelles opportunités aussi, les Dogues ont brutalement mordu la poussière à la Johan Cruyff Arena, face à un Ajax Amsterdam tout en maîtrise et en efficacité. Le score est sans appel (3-0), et n'augure rien de bon dans un groupe H où figurent également Chelsea et le FC Valence.

Un nul, Christophe Galtier aurait su s'en satisfaire pour son premier match de Ligue des champions en qualité d'entraîneur principal. Mais même cette marche-là était trop haute pour un Losc bien trop tendre. Les talents offensifs comme Jonathan Bamba ou Victor Osimhen ont manqué de lucidité dans la zone de vérité, et ont indirectement précipité la déroute des leurs. Car dans le secteur défensif, ça allait trop vite chez les Lanciers pour José Fonte et les siens. Hakim Ziyech, Dusans Tadic, Quincy Promes ou David Neres ont été intenables, et c'est le Néerlandais qui, le premier, fera rompre l'arrière-garde lilloise (1-0, 18e), quelques minutes après que le Marocain a touché du bois (14e). Le plus dur est déjà fait pour les Bataves, alors que Lille se pensait en droit d'obtenir un penalty pour un tirage de maillot en tout début de rencontre.

Onana dégoûte les Lillois

Malgré cela, les pensionnaires du stade Pierre-Mauroy restent entreprenants dès qu'ils le peuvent, à l'image de cette opportunité en or pour Jonathan Bamba en fin de premier acte, sur laquelle André Onana sort le grand jeu (44e). L'international camerounais se montrera encore décisif, et de quelle manière, à deux reprises face aux attaquants nordistes. Et quand ce n'est pas le cas, c'est la maladresse d'un Victor Osimhen (58e) qui empêche le Losc de revenir dans le match. L'international nigérian, si efficace en championnat depuis son arrivée, n'a lui non plus pas réussi à hisser son niveau de jeu. Tout un symbole pour une équipe qui revenait en Ligue des champions sept ans après, contre un demi-finaliste sortant toujours ambitieux, malgré les départs de tauliers comme Matthijs de Ligt (Juventus) ou Frenkie de Jong (FC Barcelone).

Face à tant de maladresse, l'Ajax ne s'est donc pas fait prier pour creuser l'écart. Edson Alvarez (2-0, 50e) profite parfaitement du bon travail de David Neres, quand Nicolas Tagliafico enterre définitivement les derniers espoirs des Dogues, de la tête après un corner de Hakim Ziyech (3-0, 62e). N'en jetez plus, Lille a compris le message, sans pour autant abandonner l'idée de faire trembler les filets néerlandais, jusqu'aux derniers instants de la rencontre. Déjà, la qualification pour les huitièmes de finale est mal engagée, car dans le même temps, Chelsea a chuté à domicile face au FC Valence (0-1), et aura sans doute à coeur de se rattraper le 2 octobre prochain, sur la pelouse du stade Pierre-Mauroy.