Ligue des Champions - Valbuena, "lié à vie" à l'OM mais bourreau des Marseillais

Reuters

Mathieu Valbuena n'a pas raté ses retrouvailles avec Marseille... Son pied droit, qui a tant apporté à l'OM autrefois (2006-2014), a fait plier le club phocéen sur un centre parfait dans les arrêts de jeu, déposé sur la tête d'Ahmed Hassan Mahgoub. Nouvel entrant, l'Egyptien n'a eu qu'à envoyer le ballon dans la cage de Steve Mandanda (90e+1). Valbuena s'était déjà illustré à plusieurs reprises dans la rencontre, forçant notamment Mandanda à une parade à la 71e minute. En fin de première période, il avait initié la première grosse occasion des Grecs d'une passe puissante qui avait ensuite débouché sur un centre dangereux.

Arrivé en Grèce il y a un an, le natif de Bruges (Gironde) a prouvé face au club qui lui a permis de se révéler qu'il était encore en jambes. Des jambes qui lui permettent, à 36 ans, d'être le maître à jouer des champions de Grèce. Auteur de six buts et 13 passes décisives en 21 matches de championnat la saison dernière, il fait partie des indiscutables titulaires du club du Pirée, où il semble avoir trouvé une seconde jeunesse.

Après le match, il a reconnu au micro de RMC Sport ressentir "un petit pincement au coeur" après cette victoire de son club, synonyme de défaite pour l'OM. Mais "aujourd'hui, je suis à l'Olympiakos, j'en suis très heureux, et on a fait une très belle partie", a-t-il immédiatement balayé. "Je suis lié à vie à l'Olympique de Marseille", disait-il pourtant il y a quelques jours dans un entretien à l'AFP. En huit ans à Marseille, Valbuena était devenu une icône du Vélodrome, disputant plus de 300 matches avec le club phocéen. C'est lui, notamment, qui avait offert à Marseille le but de la victoire 1-0 à Liverpool, d'une magnifique frappe sous la barre en octobre 2007, la première victoire d'un club français à Anfield.

"Petite étoile"


"Il y a beaucoup d'émotion. C'est une bonne petite étoile. Tout le monde sait que c'est un club très particulier pour moi, qui m'a fait grandir, qui m'a permis de découvrir le haut niveau, sur le plan national et international. Je suis très content de les retrouver avec l'Olympiakos, qui plus est en Ligue des champions", disait-il dans cet entretien à l'AFP. La Ligue des champions, l'OM ne l'avait plus goûtée depuis la saison 2013-2014 et une humiliante phase de groupes, soldée par six défaites en six matches face à Arsenal, Dortmund et Naples. Avec les trois défaites en huitièmes puis en quarts de finale en 2011/2012, Marseille en était à neuf défaites de suite en C1, à l'époque où Valbuena était encore là. L'OM en est à présent à 10 défaites de rang mais, cette fois-ci, il était de l'autre côté du terrain.

Des retrouvailles avec l'OM, Valbuena en avait déjà vécues avant et elles n'avaient pas été heureuses: en septembre 2015, tout nouveau joueur de l'Olympique lyonnais, il avait vu une marionnette le représentant en pendu dans les tribunes du Vélodrome. Un épisode qui l'a "endurci", affirme-t-il à présent. "Mais je suis humain et ça m'a touché. Vu l'amour qu'il y avait entre moi, l'OM et les supporters, ça a été difficile de revenir dans ces conditions", reconnaît-il. Mercredi, l'ambiance n'avait rien à voir, puisqu'il n'y avait pas de public en tribunes. Et il ne devrait pas y en avoir non plus pour le match retour, au Vélodrome cette fois, le 1er décembre, couvre-feu oblige. Mais l'OM est prévenu: si la pandémie de Covid-19 a radicalement changé le football, les jambes de Mathieu Valbuena, elles, sont toujours intactes.
 

Masouras : "Valbuena est un modèle pour nous"