Ligue des Champions : Sans Timo Werner, qui pour mener l'attaque de Leipzig ?

beIN SPORTS
Invité inattendu au rendez-vous des quarts de finale de la Ligue des Champions comme l’Atalanta Bergame, le Red Bull Leipzig jouera son va-tout contre l’Atlético de Madrid, jeudi au Portugal (coup d’envoi à 21 heures). Le club n’est évidemment pas favori mais il n’a rien à perdre. Ce statut lui réussit très bien. Le RBL a bien pris la première place de sa poule devant Lyon avant d’éjecter le vice-champion d’Europe, Tottenham, en huitièmes de finale. Avec deux victoires à la clé s’il vous plait (1-0, 3-0).

Ces deux beaux succès portaient l’empreinte de Timo Werner. Unique buteur au match aller (sur penalty), l’attaquant allemand de 24 ans avait délivré une passe décisive au retour pour Sabitzer sur le premier but. Précieux Werner… Qui n’est plus là. Eh oui, le deuxième meilleur buteur de Bundesliga durant le dernier exercice avec 28 réalisations derrière Robert Lewandowski (34) n’a pas voulu rester pour poursuivre l’aventure européenne au mois d’août. Werner (4 buts en C1) s’en est allé rejoindre Chelsea pour 53 millions d’euros.


Hwang Hee-chan recruté mais…

Sans son leader offensif, Julian Nagelsmann va donc devoir faire autrement face à la redoutable arrière-garde madrilène pour espérer forcer le verrou des hommes de Diego Simeone. Leipzig a bien recruté le successeur de Werner mais le Sud-Coréen Hwang Hee-chan (11 buts et 15 passes décisives avec Salzbourg) ne pourra jouer qu’à partir du prochain exercice. « Timo est un super joueur qui a énormément marqué pour nous, mais je vois d'autres joueurs qui étaient dans son ombre et qui sont tout à fait capables de le remplacer », a expliqué l’entraineur allemand, le plus jeune de l’histoire à avoir mener une équipe à ce niveau en C1 (à 33 ans), à Marca. Il s’agit de Patrick Schick et Yussuf Poulsen.


Schick et Poulsen, deux solides atouts

Prêté par la Roma, Schick a réussi à tirer son épingle du jeu derrière Werner. Le Tchèque de 24 ans est parvenu à planter 10 pions en 22 apparitions de Bundesliga (dont 15 titularisations). Solide et très intéressant pour Nagelsmann. Le RBL songerait d’ailleurs à lever l’option d’achat et à acquérir le gaillard de 1,86 m, muet en 3 apparitions en C1, pour 25 millions d’euros. Quant à Poulsen, il a connu un exercice plus délicat que le précédent. Après avoir pris les défenses adverses à revers à 15 reprises en 2018-19, le grand Danois n’a scoré que 5 fois en Bundesliga malgré 22 rencontres (aucun but en 6 matchs de C1). Face à la robuste défense des Colchoneros, le joueur de 26 ans pourrait faire valoir son gabarit (1,92 m et 84 kilos), un autre atout pour Nagelsmann.

Au niveau des milieux offensifs capables de compenser l’absence de Werner, le coach allemand pourrait également miser sur le Français Christopher Nkunku, le Suédois Emil Forsberg, l’Autrichien Marcel Sabitzer et l’Espagnol Dani Olmo. L’équipe allemande tentera de franchir l’obstacle avec les recettes qui ont fonctionné jusque-là : un pressing de folie sur tout le terrain et des joueurs en mouvement perpétuel. « On devra être créatifs et avoir le contrôle du match, face à un poids lourd européen de ces dernières années. Diego Simeone a accompli un travail fantastique et a construit une équipe solide qu'il nous faudra percer », a souligné Nagelsmann.

Coutinho, Werner, Nkunku : Top 10 de feu en Bundesliga :


>