Ligue des Champions : Pour Paris, il ne faut pas se louper

Reuters

Le souvenir est toujours douloureux. 227 jours après avoir disputé, et perdu, face au Bayern Munich la première finale de Ligue des champions de l’histoire du club (0-1), les joueurs du Paris Saint-Germain retrouvent les Bavarois mercredi soir à l’Allianz Arena, en quart de finale aller. Les deux équipes ont peu changé depuis : parmi les 22 titulaires, seuls Thiago Silva, parti pour Chelsea, et Thiago Alcantara, qui a rejoint Liverpool, n’évoluent respectivement plus à Paris et à Munich.

Héros de la qualification parisienne contre l’Atalanta en quarts de finale, Eric Maxim Choupo-Moting, entré pour les dix dernières minutes en finale, est lui passé dans le camp d’en face. Et celui qui devait profiter des absences de Robert Lewandowski et de Serge Gnabry pour débuter contre son ancienne équipe est bien placé pour savoir à quel point ses ex-partenaires ont été marqués par cette défaite, qu’ils avaient longuement évoquée dans leur hôtel de Lisbonne.



"On a beaucoup parlé lors de la nuit après cette défaite face au Bayern. On veut retourner en finale et gagner cette Ligue des champions pour la ville, le club et nous tous", confiait récemment Leandro Paredes sur TF1. Suspendu, l’Argentin ne jouera pas en Bavière, et ne pourra donc pas participer au premier acte de ce remake. Son compatriote Mauricio Pochettino, qui a remplacé Thomas Tuchel début janvier, n’était lui pas encore sur le banc parisien lors de la finale. Et si, comme son capitaine Marquinhos, le coach parisien a évacué tout sentiment de revanche mardi en conférence de presse, il garde forcément, lui aussi, un souvenir amer du Bayern.

Le mauvais souvenir de Pochettino

Car la seule fois où il a croisé la route des Munichois, cela s’est très, très mal passé pour lui. C’était en octobre 2019, quelques semaines avant son renvoi de Tottenham, et le Bayern était venu s’imposer 7-2 à Londres, infligeant une défaite historique aux Spurs et précipitant son départ. Si l’ancien défenseur du PSG n’est pas (encore ?) menacé, il aurait tout intérêt à faire un résultat mercredi, alors que l’ultime joker en Ligue 1 a été utilisé samedi dernier face à Lille (0-1).

Il faudra probablement se surpasser, avec un entrejeu affaibli par les absences de Paredes et aussi, surtout, de Marco Verratti, positif au Covid-19 tout comme son coéquipier de la sélection italienne Alessandro Florenzi. Un exploit est donc attendu, dans la lignée de celui réalisé au Camp Nou. Kylian Mbappé, qui marque le pas depuis la trêve internationale, avait été grand face au Barça, et il devra être dans le même ton. Pour exorciser son raté lisboète ? Neymar, dont la première titularisation depuis près de deux mois s’est terminée par un rouge évitable face aux Nordistes, est lui aussi attendu au tournant. Mais plus globalement, c’est toute l’équipe parisienne qui doit afficher un autre visage que le week-end dernier pour espérer quelque chose. Et on pourrait être vite fixé...

 


>