Ligue des Champions : Le plan antiviolence de Longoria

Panoramic

Sanctionné par l'UEFA d'un match à huis clos et d'un autre à huis clos partiel, suite notamment à l'utilisation de fumigènes face à l'Eintracht Francfort, mais aussi à des incidents survenus face à Tottenham, l'Olympique de Marseille a également reçu une amende de 30 000 euros, toujours en lien avec son déplacement chez les Spurs. Déterminé à agir, le président du club phocéen, Pablo Longoria, a évoqué plusieurs mesures qu'il souhaite prendre pour les matchs à l'Orange Vélodrome.

Dans une interview donnée ce dimanche à La Provence, le dirigeant espagnol a d'abord fustigé les évènements survenus dans l'enceinte marseillaise lors de la deuxième journée de la C1. "Je suis frustré de voir ce qu'il s'est passé dans notre stade en Ligue des champions. Ce n'est pas acceptable. (...) C'est le moment de faire changer les choses, parce que ce qui s'est passé est inadmissible."

 

Stade vide face au Sporting


Et Pablo Longoria de détailler ses idées en évoquant les travaux entamés dans le parcage visiteurs, mais aussi son souhait d’empêcher au maximum le contact visuel entre supporters des deux équipes, sans oublier un meilleur filtrage à l'entrée du stade pour récupérer les objets interdits. L'intéressé a évoqué aussi la mise en place d'un périmètre de sécurité, mais aussi un plan de mobilité aux abords du stade, visant à bloquer l'accès aux personnes sans billet. En attendant, l'OM jouera à huis clos ce mardi face au Sporting Portugal (18h45).

 


>