Ligue des Champions : L’Ajax, ou le mouvement perpétuel

Demi-finaliste de la Ligue des champions la saison dernière, l’Ajax Amsterdam a séduit le continent, et presque le monde entier, avec son football spectaculaire et chatoyant, qui avait notamment eu raison du Real Madrid et de la Juventus lors de la phase éliminatoire. Une deuxième phase de la compétition que les Néerlandais n’avaient plus fréquentée depuis l’exercice 2005-2006.

Régulièrement reversés en Ligue Europa, dont ils avaient atteint la finale en 2017 après avoir sorti l’Olympique Lyonnais dans le dernier carré, les Amstellodamois, battus pour la première fois de la saison en championnat vendredi par Willem II (0-2), peuvent décrocher mardi soir (21h00) contre Valence une deuxième qualification consécutive pour les huitièmes de finale avec un simple match nul. Voire une défaite si, dans le même temps, Chelsea ne parvient pas à battre Lille à Stamford Bridge, où les Lanciers, qui menaient 4-1 à la 60e minute, avaient été contraints à un incroyable match nul le mois dernier (4-4).
 

"Jouer pour gagner"


"Nous allons vraiment jouer pour gagner, avait annoncé l’entraîneur Erik ten Hag, interrogé sur la dernière journée de la phase de poules il y a deux semaines, à l’issue de la victoire 2-0 de ses hommes sur la pelouse des Lilllois. Nous ne pouvons pas jouer pour faire match nul. A la fin du match, vous pouvez peut-être essayer d’obtenir un point, mais pas au début." Mais quel que soit le résultat de cette rencontre face au club Ché, le très convoité technicien devrait continuer à fréquenter assidûment la compétition.

Celui qui a ramené le titre de champion à Amsterdam en mai dernier après quatre années de disette accomplit un travail remarquable, avec un effectif qui a encore perdu plusieurs éléments majeurs à l’intersaison (Frenkie de Jong, Matthijs de Ligt et Lasse Schöne), et pourrait voir Hakim Ziyech, encore brillant face au LOSC, ou encore Donny van de Beek partir eux aussi l’été prochain. Ten Hag, disciple de Guardiola, a lui été annoncé au Barça, à Chelsea mais surtout au Bayern Munich ces derniers mois.

Un club bavarois en quête d’un successeur à Niko Kovac, et qui pourrait se tourner vers le Néerlandais, ancien entraîneur de la réserve munichoise de 2013 à 2015. "Le Bayern est un club fantastique, je m'y suis senti très bien et j'ai beaucoup apprécié mon travail là-bas. Mais pour le moment, je suis à l'Ajax. Et je peux confirmer que j’y resterai cette saison", affirmait-il le mois dernier en conférence de presse. La réponse pourrait être toute autre dans quelques semaines. Même si l'Ajax, habitué au mouvement perpétuel, sur le terrain ou en coulisses, a prouvé à maintes reprises qu'il savait rebondir.