Ligue des Champions : Guardiola ou la peur du vide

Reuters

Huit ans. Huit ans que Pep Guardiola n’a plus goûté à une finale continentale. Depuis son deuxième sacre à la tête du Barça en 2011, le technicien catalan ne trouve plus la solution en Ligue des Champions. Que ce soit à la tête de Barcelone, du Bayern Munich ou maintenant de Manchester City, la magie n’opère plus pour le coach de 48 ans et cette longue disette pèse de plus en plus sur la carrière de l’Espagnol. Onze ans après ses débuts sur le banc de touche blaugrana, le palmarès européen de Pep Guardiola reste désespérément bloqué à deux titres de C1 (2008, 2011) et la défaite mardi dernier sur la pelouse de Tottenham (1-0) jette quelque peu le trouble sur son avenir en Angleterre.

Une équipe "made in Guardiola"

A son arrivée à Manchester, l’ancien entraîneur du FC Barcelone a eu carte blanche pour remodeler son effectif. L’objectif de la direction : installer Manchester City sur le trône de la Coupe aux grandes oreilles. En l’espace de deux ans et demi, les Sky Blues ont ainsi recruté à tour de bras pour satisfaire les volontés de leur technicien, ne lésinant jamais sur les moyens et les millions injectés sur le marché des transferts.

Au total, cinq des onze titulaires du match aller face aux Spurs ont rejoint City sous le mandat de l'Espagnol (Ederson, Kyle Walker, Aymeric Laporte, Ilkay Gündogan, Riyad Mahrez). Avec les entrées en jeu de Gabriel Jesus et Leroy Sané en seconde période, ce sont même sept joueurs choisis par Guardiola qui ont affronté le club londonien lors de la première manche. Autant dire qu’une élimination contre Tottenham enverrait forcément le Catalan en première ligne face à cette nouvelle déroute, qui plus est devant un adversaire qui n’a pas dépensé un centime l’été dernier.

« Je ne suis pas venu pour gagner la Ligue des Champions »

Sentant la pression monter, Pep Guardiola a adopté un double discours fort étrange ce mardi en conférence de presse. « Je sais que les gens disent que je suis venu ici pour gagner la Ligue des champions. Mais honnêtement, je ne suis pas venu pour gagner la C1. Je suis venu ici pour faire jouer mon équipe de la manière dont elle joue depuis 20 mois. C’est comme ça que je veux jouer. Et bien sûr que je veux remporter la Ligue des champions. Je sais qu’au Bayern, même en gagnant tout pendant trois saisons, le fait que nous n’ayons pas remporté la Ligue des champions a été un gros échec. » Une manière de dédramatiser une éventuelle déroute ce soir à l'Etihad Stadium contre les hommes de Mauricio Pochettino ? Peut-être bien, et cela n’a rien de rassurant pour les fans des Citizens.