Ligue des Champions : De Ligt déjà sous pression

Inside / Panoramic

Matthijs De Ligt doit se réveiller. Et le plus tôt serait le mieux. Au cœur d’une longue bataille estivale avec le PSG, c’est la Vieille Dame qui a raflé la mise lors du dernier Mercato en signant Matthijs De Ligt contre 85 M€. Une somme conséquente pour un défenseur central de 20 ans, quand bien même la pépite de l’Ajax a ébloui l’Europe l’an passé en Ligue des Champions. Nouvelle équipe, nouvelle culture, nouvel entraîneur et nouveau statut : en rejoignant les Bianconeri, le stoppeur oranje a fait le grand saut. Et l’attente autour de lui est désormais d’un tout autre niveau. Impliqué sur les trois buts de Naples lors de sa première titularisation (4-3), De Ligt a encore été en grande difficulté lors du match nul contre la Fiorentina samedi (0-0). Relances hasardeuses, placement aléatoire, manque d’agressivité dans les duels : la partie du prodige néerlandais face à la Viola n’a pas rassuré les fans turinois.

« Dans quelques mois, il sera au top niveau »

Propulsé dans le onze de départ par la grave blessure de Giorgio Chellini, Matthijs De Ligt a été par la force des choses lancé rapidement dans le grand bain par son entraîneur Maurizio Sarri. Et l’apprentissage n’a pour l’instant rien de simple pour l'ancien capitaine du club ajacide. De là à déjà perdre la confiance du technicien transalpin ? Pas si vite. Pour protéger son joueur des critiques, l’ex-coach du Napoli a comparé les débuts italiens de De Ligt à ceux de… Michel Platini. « Je me trompe peut-être mais je crois que Michel Platini a eu des difficultés au cours de ses premiers mois à la Juventus. Il est normal qu’il en soit de même pour De Ligt. Mais je suis sûr que dans quelques mois, il sera au top niveau. »

La Juve, 23 ans après ?

Une manière surprenante d’éteindre le début d’incendie né des prestations inquiétantes du défenseur des Pays-Bas (19 sélections). Pour se remettre dans le bain et faire taire les doutes, De Ligt se voit offrir ce soir un choc grandeur nature face à l’Atlético Madrid du crack João Felix. Un match capital pour la première place du groupe D, dans une Ligue des Champions que le club n’a plus conquis depuis 1996. Une finale remportée à l’époque à Rome face à… l’Ajax Amsterdam, trois ans avant la naissance de Matthijs De Ligt. Si en plus, le poids de l'histoire s'en mêle...

Le coup d'arrêt de la Juve face à la Fio :