Ligue des Champions : Ce visage très inquiétant du PSG

FRANCK FIFE / AFP
Dos au mur suite à deux revers en trois rencontres, Paris a obtenu l’essentiel, mardi soir au Parc des Princes. Dominé par Manchester United et le RB Leipzig, le club de la capitale a réagi en prenant le meilleur sur l’équipe allemande (1-0) dans son antre, revenant dans le coup en vue de la qualification pour les huitièmes de finale (il est désormais deuxième de la poule devant le RBL à 3 points de MU). Et c’est à peu près tout de ce que l’on retiendra de cette triste soirée. Car le PSG n’a pas affiché grand-chose de stimulant.

Ce PSG a été indigent dans son enceinte vidée du moindre spectateur. Malgré la victoire, il est probable que les supporters de la Capitale auraient raccompagné leurs joueurs au vestiaire sur des sifflets nourris après le coup de sifflet final asséné par Monsieur Makkelie. Les Parisiens ont livré une prestation indigne. Probablement la pire en Ligue des Champions depuis le rachat par les Qataris. Les manques étaient quasiment partout. Et il a fallu un penalty généreux obtenu par Di Maria, et transformé par Neymar en début de match, pour l’emporter face à une formation très moyenne. Un RB Leipzig loin d’être aussi exaltant que la saison passée.

Des chiffres tristement édifiants

Aligné en 4-3-3 avec un trio offensif Di Maria-Neymar-Mbappé, Danilo Pereira au milieu et Marquinhos en défense centrale, le Paris-Saint-Germain a conclu la partie avec des statistiques édifiantes. Seulement deux pauvres tirs cadrés, deux corners, quatre centres dans le jeu, une infime possession de balle de 38%, la plus faible depuis le match face au Bayern Munich, le 27 septembre 2017 (37,5%). Ce soir-là, Paris n’avait pas eu beaucoup le ballon mais il en avait diamétralement fait autre chose (victoire 3-0). Contre des Allemands à qui ils ont laissé le contrôle du jeu, les Parisiens n’ont réussi que 75,7% de leurs passes (296 sur 391) mardi : c’est tout simplement le plus faible pourcentage dans une rencontre de poule de la C1 sous l’ère QSI !


Neymar agaçant, Mbappé muet depuis quasiment un an en C1

Perturbé par les blessures, le gros des troupes manque clairement de rythme. On a peiné à voir une idée de système, quand ce n’était pas un système d’idées. Thomas Tuchel semble perdu, désabusé et n’a pas caché une fois de plus son agacement ensuite devant les journalistes. Il n’a pas été aidé aussi par ses attaquants-stars. Hormis son but, Neymar a été très agaçant, refusant de lâcher rapidement son ballon et multipliant les gestes inutiles. Mbappé n’a plus marqué en Ligue des Champions depuis quasiment un an… Et Di Maria, sorti à l’heure de jeu, a refusé de serrer la main de son coach, furieux de quitter le pré aussi prématurément.


Verratti en a plus montré en dix minutes que le trio Herrera-Paredes-Danilo Pereira

Tandis que le prestigieux trio offensif a peu défendu, installant l’équipe en 7-3, coupée en deux à la perte du ballon, Herrera, Paredes et Danilo Pereira ont erré dans l’entrejeu. Entré à la 83eme minute, Verratti a montré davantage que le trio réuni en une dizaine de minutes seulement. Heureusement, l’armada parisienne s’est montrée suffisamment solide en défense pour décrocher trois précieux points. Non sans s’être fait de sacrées frayeurs face aux Forsberg, Poulsen, Haïdara, Nkunku et Sabitzer. Peut-être tétanisés par l’enjeu, les éléments du PSG peuvent difficilement faire pire que ce mardi soir au Parc des Princes. Ce qui revient aussi à écrire qu’ils peuvent aisément faire mieux… Voilà au moins un motif d’espoir pour le vice-Champion d’Europe en titre.