Ligue des Champions : A Lisbonne, un nouveau test pour Paris

Reuters

Après deux succès en deux rencontres dans le groupe H, le club de la capitale et sa triplette de stars Messi-Neymar-Mbappé ont parfaitement entamé leur campagne européenne d'un point de vue comptable. Tous les voyants sont également au vert sur la scène nationale où le champion de France, invaincu en 9 matches en Ligue 1, mène tranquillement la danse. Mais les productions flamboyantes des premières semaines ont très vite cédé la place à des sorties plus brouillonnes, qui suscitent des interrogations sur les options tactiques de Christophe Galtier.

Dans ces conditions, le déplacement au Portugal a tout du piège pour les Parisiens, quasiment qualifiés en 8e de finale en cas de victoire mais qui vont devoir faire preuve de solidité pour s'éviter une mauvaise surprise contre une formation portugaise soutenue par plus de 60.000 supporteurs et victorieuse de 13 de ses 14 rencontres, toutes compétitions confondues. "Il faudra avoir la capacité de jouer sous pression, a estimé Galtier mardi. Benfica va nous presser sur les premières relances. Quand on aura les opportunités, il faudra être beaucoup plus efficace que nous ne l'avons été ces derniers temps. Le stade pousse très, très fort, mais j'ai des joueurs qui ont de l'expérience par rapport à ça. Avec de la concentration et de la détermination, on peut aussi très bien jouer."

La question de l'équilibre

Son homologue lisboète Roger Schmidt affirme de son côté n'avoir aucun problème pour motiver ses joueurs, au vu du contexte. "Dans ce stade, cette atmosphère, face à l'une des meilleures équipes du monde, tout est possible. Nous sommes confiants. A la maison, dans un grand stade, nous avons nos chances", a-t-il déclaré. Sur le plan offensif, Paris n'a pas grand chose à craindre et possède avec sa "MNM" un trio sans équivalent sur la planète football. Mais la question de l'équilibre de l'équipe, serpent de mer parisien, n'a toujours pas été réglée.

Le PSG a pris la mauvaise habitude de concéder des buts en route, comme face à la Juventus Turin (2-1) et au Maccabi Haïfa (3-1), signes de ses fragilités défensives récurrentes. La venue de Nice, samedi en championnat, n'a pas dérogé à la règle, les Parisiens l'emportant malgré une production d'ensemble assez quelconque (2-1). Galtier a mis cette sortie sans saveur sur le compte de la trêve internationale et de la proximité de la Ligue des champions. Mais avec l'emballement du calendrier et des matches tous les trois jours jusqu'à la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre), la situation ne risque pas de s'arranger.

Retour de Verratti

Heureusement pour le PSG, il peut toujours compter sur ses trois stars pour masquer ses éventuelles faiblesses, tout du moins à ce stade de l'épreuve. Neymar et Kylian Mbappé, malgré les critiques émises récemment sur son positionnement en club, continuent de flamber, alors que Lionel Messi, de nouveau virevoltant, semble plus que jamais en passe de retrouver un niveau digne de ses années barcelonaises, comme l'a démontré sa prestation contre les Niçois, marquée par son premier coup franc réussi sous les couleurs parisiennes et des actions de classe. 

"Il est bien dans sa tête, très heureux, indique Galtier. Il anime le jeu et est très généreux. Il avait l'habitude de marquer beaucoup de buts mais la saison dernière, il avait des circonstances atténuantes. Là, il reprend goût à marquer. Il s'est bien préparé, la relation qu'il a avec ses partenaires dans les séances d'entraînement laisse penser qu'il est heureux et quand il est heureux, il est performant et retrouve les standards qu'il a eus tout au long de sa carrière". 

Mais la clé du match pourrait résider dans le retour de Marco Verratti. Le milieu italien, touché au mollet le 18 septembre, est de nouveau opérationnel et devrait débuter la partie. Avec le "Petit hibou", le jeu du PSG prend d'un coup une tout autre dimension. "Marco a 90 minutes dans les jambes, a expliqué Galtier. Il est prêt. Il n'a plus aucun problème sur le plan physique." 


>