Ligue 1 : Monaco, la Ligue des Champions dans toutes les têtes

Panoramic

Rybolovlev ambitieux

Quelques minutes après le nul concédé à Lens, synonyme de deux tours préliminaires avant la C1, le président Dmitri Rybolovlev est descendu dans les vestiaires féliciter ses hommes. Dès le lendemain, il a communiqué sur le site internet du club pour "retenir la combativité du staff et des joueurs". "Dans la difficulté, le groupe n'a jamais lâché", a-t-il apprécié. Le milliardaire russe espère maintenant que l'équipe va "gagner en maturité et en régularité". Car l'ambition principale de Rybolovlev reste la Ligue des champions. Pour voir son club "continuer à grandir", il a décidé de "construire sur ce qui a été mis en place". Paul Mitchell, le directeur sportif, et Philippe Clement, l'entraîneur, planchent donc déjà sur la saison prochaine. Les réunions s'enchaînent au centre de La Turbie.

"Les dirigeants ont beaucoup d'ambition", se satisfait Philippe Clement. "Je sais que la qualification est importante. Avec Paul et le président, nous sommes alignés. Mais je ne regarde pas à court terme. Je veux faire partie d'un projet global", a ajouté le technicien belge lundi lors d'une rencontre avec plusieurs médias, dont l'AFP. De fait, la seule incertitude concerne l'avenir du vice-président Oleg Petrov qui, ces derniers jours, était auprès de sa fille, qui se mariait.

Un groupe prêt rapidement

Paul Mitchell a tiré les leçons des erreurs de la saison dernière, quand Monaco "avait repris trop tard", et n'avait pas réussi à se qualifier en C1. "Cette saison, nous aurons un programme de matches intenses", explique-t-il. "Il faudra être prêt." Comme Monaco devra disputer 14 matches en 42 jours jusqu'à la trêve internationale de septembre, Clement a planifié une reprise le 18 juin. Un stage à Faro (Portugal) est prévu début juillet et, surtout, l'entraîneur veut "deux équipes". "On doit avoir plus de rotations et préparer 22 joueurs", indique-t-il. Pour cela, Mitchell pense recruter entre trois et cinq éléments, en fonction des départs, dont "un joueur offensif, un milieu de terrain et un défenseur central". "On vise aussi des joueurs avec plus d'expérience", précise-t-il encore.

Tchouameni-Ben Yedder, destins opposés?

"Combien de joueurs sont au niveau de Tchouameni aujourd'hui ?", demande Mitchell. "Le marché décidera de sa valeur", assure le directeur sportif. "Aurélien est un très, très grand joueur, jeune et déjà prêt. Beaucoup de très grands clubs peuvent se positionner. Mais ils savent aussi que nous sommes très ambitieux et que s'ils veulent discuter, ils devront être très sérieux." Autrement dit, Tchouameni, sous contrat jusqu'en 2025, ne partira pas à moins de 90 millions d'euros. D'autant que le club possède un argument essentiel: l'assurance pour le joueur de rester titulaire jusqu'à la Coupe du monde de novembre, avant un départ possible en janvier. Clement, qui a échangé avec le joueur, le sait "très ambitieux". "Soit il reste, soit il va dans un très grand club avec un challenge sportif clair", explique l'entraîneur, qui reconnaît penser aussi le futur sans son milieu.

En revanche, Monaco compte avec certitude sur Wissam Ben Yedder. A 32 ans, le capitaine, qui vient d'être père, est sous contrat jusqu'en 2024. "C'est un joueur fantastique, il a un impact important pour notre équipe et est heureux ici", dit de lui Mitchell. D'autre part, après Cesc Fabregas, Djibril Sidibé, autre champion du monde, va quitter le club. Après une discussion avec Clement, le plus ancien de l'effectif a fait part de sa volonté d'avoir plus de temps de jeu et ne sera pas conservé. Il devrait en être de même pour le gardien Benjamin Lecomte, actuellement en prêt à l'Atlético Madrid. Clement est clair: "Alex (Nübel) sera notre gardien N.1 la saison prochaine".  A Monaco, les grandes manœuvres ne font que commencer. Mais elles ne concernent que l'effectif.

"Le but de Lens ? J'ai vu Kamara qui faisait la fête"


>