Coimbra, l'autre aventure portugaise de Villas-Boas

Le déplacement de l'OM à Porto a une saveur particulière pour André Villas-Boas. L'entraîneur marseillais va revenir dans sa ville natale pour y affronter son club de cœur. Pour AVB, presque tout a commencé sur les rives du Douro. Il y est né, il y a intégré son premier staff et soulevé ses premiers trophées. Mais ce n'est pas en dirigeant les Dragons que le Portugais a découvert le métier d'entraîneur. En octobre 2009, il a remplacé Rogério Gonçalves sur le banc de l'Academica Coimbra. Deux mois après avoir renoncé à son rôle d'adjoint à Porto, Villas-Boas trouvait un premier challenge en tant que numéro 1. Et pas des moindres. L'équipe où jouait Eder pointait alors à la dernière place du classement sans la moindre victoire après huit journées de championnat. Sept mois plus tard, les Coïmbriens étaient sauvés en terminant la saison avec dix points d'avance sur le premier relégable. André Villas-Boas réalisait là son premier exploit. Il n'avait même pas 33 ans quand il a terminé cette première saison en tant que coach. Avec son 4-3-3 offensif, le tacticien avait permis à son équipe de proposer un jeu séduisant qui lui a offert le cinquième rang du classement des attaques. Sur la route du maintien, l'Academica Coimbra avait notamment battu le Sporting Lisbonne et failli arracher le nul contre Benfica et ... le FC Porto.

Le bilan de Villas-Boas face à Porto n'inspire pas confiance


Pour l'éternité, André Villas-Boas est lié à Porto. Il y a remporté un quadruplé historique et pourrait un jour devenir président du club. Il s'est pourtant assis à plusieurs reprises sur le banc visiteur de l'Estadio do Dragao. C'est même face au club qui lui a accordé une confiance prématurée que le futur entraîneur de Chelsea et Tottenham a coaché pour la première fois en championnat. Moins de 15 jours après son intronisation à Coimbra, il faisait ses débuts en Liga Nos contre le champion en titre. Un match très intéressant malgré la courte défaite concédée par son équipe (3-2). Grâce à un tirage favorable en Coupe, AVB a croisé son club de cœur à quatre reprises en huit mois et durant toute sa carrière. Son bilan ? Aucune victoire : 1 nul et 3 défaites. Pas de quoi rassurer les Marseillais. Mais si le pensionnaire de Ligue 1 revient du Portugal avec une victoire, ce résultat aura une saveur encore plus spéciale pour l'entraîneur du club phocéen.

>