City-Atlético, le changement... Pas maintenant !

Reuters

L'Atlético jouera "comme d'habitude"

Diego Simeone (entraîneur de l'Atlético Madrid): "Depuis que j'ai commencé à entraîner, en 2005-2006, et jusqu'à aujourd'hui, je n'ai jamais déprécié un confrère. Jamais. Il y a différentes manières de s'exprimer sur un terrain, de répondre à ce qu'exige un match. Il y a différentes manière de jouer, j'en choisis une. Mais il faut toujours, toujours respecter ses confrères. On ne va pas beaucoup s'éloigner de ce que l'on fait d'habitude. J'espère que l'on réussira à mieux combiner entre nous, avoir des transitions plus rapides, avoir des contre-attaques, et que nos joueurs connaîtront une soirée fantastique. Sur un match, tout peut arriver."

Koke (milieu de terrain et capitaine de l'Atlético) : "On a un plan, et on s'y tient. On se sent fort dans ce plan de jeu (..) Ceux qui parlent depuis l'extérieur peuvent bien dire ce qu'ils veulent. On a notre plan et on fera tout pour remporter cette confrontation."

"Mon message ne variera pas d'un iota", assure Pep Guardiola

Pep Guardiola (entraîneur de Manchester City): "(Le message sera) de jouer notre jeu, comme on a fait toutes ces (dernières) années. Ce sera de finir à onze dans les matches à élimination directe, rester concentrés sur notre plan, sentir que tout le monde veut remporter le match, aider son coéquipier. Mon message ne variera pas d'un iota par rapport au reste du temps (...) Tout ce qu'on aura préparé, il faudra le faire aussi bien que possible."

City ? Une "philosophie de jeu très respectée"  

Simeone : "On affrontera une équipe qui joue très bien, dynamique, avec des transitions très rapides, avec des garçons qui exploitent leurs qualités de la meilleure des manières. Mais nous, on a l'espoir. Malgré le résultat, ce qu'on a réussi à générer à l'aller nous donne de l'espoir. Maintenant, avec du jeu, il faudra essayer d'amener le match où on sera en mesure de leur faire du mal. Mais eux vont jouer de la même manière. Peu importe contre qui ils jouent, ils ont une philosophie de jeu très respectée, très applaudie, ils ont de grands footballeurs, un entraîneur génial (Pep Guardiola, NDLR). Je ne m'attends pas à autre chose que ce que je vois à chaque fois que j'allume ma télé pour voir jouer City."

La défense sera aussi la clé pour City

Guardiola: "Il faudra être solide et ne pas encaisser de but. Il y aura des moments où on n'aura pas le ballon, des coups de pied arrêtés, des corners, des longs ballons, des seconds ballons... et sur tout ça il faudra défendre. Individuellement, on n'est pas une équipe exceptionnelle défensivement. Mais tous ensemble, si on court en tant qu'équipe, ça nous rend solides. Et si on ne le fait pas demain, ce sera dur d'aller en demi-finale."

Koke espère "un stade plein", malgré la sanction de l'UEFA

Koke : "Le club travaille sur un recours contre cette décision (une tribune sera fermée en raison du "comportement discriminatoire" de certains supporters espagnols au match aller, ndlr). J'espère qu'ils l'accepteront. Des quarts de finale de Ligue des champions, ça n'arrive pas tous les jours. On a eu la chance d'en vivre quelques-uns, mais il y a eu la pandémie, on a joué à l'extérieur. Mais je ne peux pas vous en dire beaucoup plus sur cette sanction, sinon, je vais avoir des problèmes. Le club travaille dessus. Moi, je me concentre sur le football. Et j'espère qu'on aura un stade plein, avec tous nos supporters."

La fatigue, pas une excuse pour City

Guardiola: "On est proche de la fin de saison mais il faut être reconnaissant d'être là (...) Si on en est là, c'est parce qu'on a très bien joué auparavant et dans ces moments-là, on ne ressent pas la fatigue. Quand on est si près d'atteindre une demi-finale de Ligue des champions, quand samedi on va jouer une demi-finale de Coupe d'Angleterre, on n'est pas fatigué. On peut perdre parce qu'on fait une mauvaise performance ou parce que l'adversaire est meilleur, mais pas parce qu'on est fatigué. Cela n'existe pas."


>