C1: Lemar, meilleur associé de Griezmann à l'Atlético

Panoramic

Sur le terrain de l'Espanyol Barcelone, dimanche en Liga, un miracle est apparu: non pas le retour de Griezmann sous le maillot de l'Atlético, deux ans après son départ tumultueux au Barça. Mais le but de son compatriote Lemar à la 90e+9, au bout de l'espoir (2-1)Entré en jeu après la mi-temps pour tenter de réveiller un peu cet "Atleti" endormi, Lemar a rempli sa fonction à merveille. Il a ouvert le terrain et les possibilités ballon au pied, et a même marqué un premier but annulé pour une position de hors-jeu après d'interminables minutes.

"Il est dans un très bon moment. Avec la sélection française, il a eu un souci digestif, il a perdu 3 ou 4 kilos. Donc j'ai hésité à le faire entrer, je pensais le préserver pour mercredi", a commenté l'entraîneur Diego Simeone. "C'est le joueur que nous sommes allés chercher à Monaco, c'est le joueur dont a besoin l'équipe. Il a de la verticalité, il peut frapper du droit, du gauche, il travaille pour l'équipe... C'est une pièce très importante pour nous, qui avait déjà bien progressé la saison dernière même s'il n'avait pas pu marquer tant de buts que ça. J'espère que cette saison les buts seront avec lui", l'a couvert d'éloges le technicien argentin.

Quand Lemar délivre l'Atlético à la 99ème minute :


"Lemar et dix autres" 

La presse espagnole a aussi encensé le début de saison du milieu de terrain offensif français dimanche soir: "L'entrée en jeu du Français a transfiguré son équipe après une première période à oublier. Il y a eu un avant et un après son entrée. Il est devenu le meilleur joueur de l'Atlético et toutes les actions d'attaques sont nées entre ses pieds. Il venait déjà d'être le meilleur contre Villarreal (2-2)", a célébré le quotidien sportif Marca sur son site. Un début de saison en trombe qui contraste avec le retour raté d'Antoine Griezmann, totalement transparent pour sa première, dimanche. Mais contre Porto, dans la reine des compétitions européennes, la "Petit Prince", qui est revenu à la coupe de cheveux courte qu'il arborait lors de son premier passage dans la capitale espagnole, pourrait revêtir son habit de lumière.

Le retour à son meilleur niveau de Thomas Lemar ne va pas faire d'ombre au nouveau N.8 rojiblanco, dont la place dans le onze semble quasi indiscutable. Au contraire : l'éclosion du créatif Guadeloupéen pourrait faciliter la tâche de "Grizi", qui pourra revenir à un rôle plus libre, comme celui qui était le sien entre 2014 et 2019 sous les ordres de Simeone, loin du carcan imposé par ses entraîneurs successifs au Barça.

Honneur retrouvé ? 

Il faudra toutefois surveiller l'accueil que réserveront les supporters à leur revenant protégé, qu'ils avaient allègrement hué et sifflé lors de son retour au stade Metropolitano à l'automne 2019 sous le maillot blaugrana. La plaque au nom de Griezmann installée sur le sol de l'esplanade du stade a été couverte d'immondices ces derniers mois. "Grizi" devrat toutefois finir de convaincre les derniers sceptiques de retourner leur veste, après que la plupart des supporters ont déjà été séduits par ses mots dans sa vidéo de retour diffusée par le club.

"Je voulais absolument revenir, je crois que c'est le meilleur endroit pour moi, pour que je sois heureux. Être un Colchonero, c'est la plus belle chose qui me soit arrivée ces dernières années", y déclare le Tricolore. Tous les yeux seront rivés sur le N.8 français mercredi soir. Car si sa première pige à Madrid a été couronnée de succès, un trophée lui échappe encore, tout comme au club rojiblanco: la Ligue des champions. 

"Ce qui m'est arrivé de mieux depuis des années" :


>