Bayern Munich : Thomas Müller, l’éternel

Reuters
Il était visiblement ravi. Le 19 mars dernier, en apprenant que le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions avait réservé au Bayern Munich un remake de la dernière finale remportée face au PSG (1-0), Thomas Müller avait filmé sa réaction, tout sourire, sur Instagram. "Mes amis ! Bonjour, Paris Saint-Germain ! C'est très intéressant après la dernière finale gagnée en août dernier. Nous sommes très contents de rencontrer Paris à nouveau. Nous avons quelques coéquipiers français, comme Kingsley Coman. Et j'ai reçu beaucoup d'appels dans les 20 dernières minutes. Nous sommes très confiants et heureux de retrouver Paris", a-t-il ainsi déclaré, avant de chanter et de lâcher, en français dans le texte : "Au revoir".
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Thomas Müller (@esmuellert)


 


Le milieu offensif de 31 ans, qui vit une véritable renaissance depuis le remplacement de Niko Kovac par Hansi Flick à l’automne 2019, a d’autres raisons de sourire. Redevenu la saison dernière un pion essentiel de la formation bavaroise, il compte déjà, après 25 matchs de Bundesliga, plus de buts (10), que lors des quatre derniers exercices. Et, avec 15 offrandes, il est le meilleur passeur du championnat allemand, et le troisième en Ligue des champions (3), où il a marqué une fois, sur la pelouse de l’Atlético en phase de poules. Et en l’absence de Lewandowski et de Gnabry, Müller sera l’un des principaux dangers pour la défense parisienne mercredi soir, notamment pour sa capacité à jouer entre les lignes.


De retour en sélection pour l'Euro ?

Mais également pour son caractère de leader et d’aboyeur, qu’on a pu encore apprécier samedi lors de la victoire du Bayern chez son dauphin Leipzig (0-1). Et qui manque aujourd’hui cruellement à la Mannschaft. Ecarté, comme Jérôme Boateng et Mats Hummels en mars 2019, celui qui est impliqué dans 11 buts (4 buts, 7 passes décisives) sur ses 10 derniers matchs de Bundesliga n’aurait sans doute pas fait de mal à la sélection allemande, qui a subi une défaite humiliante face à la Macédoine du Nord en qualifications de la Coupe du monde 2022. Outre-Rhin, les appels se multiplient pour qu’il effectue son retour en vue de l’Euro. Et Löw penserait à le réintégrer, tout comme Hummels et Boateng. Ce qui ne serait pas vraiment une bonne nouvelle pour les Bleus, opposés le 15 juin aux Allemands en ouverture de la compétition continentale, au sein d’un groupe de la mort avec le Portugal et la Hongrie.

>