Atlético Madrid : Simeone ne vient pas pour attaquer

Reuters

Sans vouloir dévoiler son plan de jeu pour le huitième de finale retour de Ligue des champions entre Liverpool et son équipe de l’Atlético de Madrid (aller 1-0), Diego Simeone, qui ne sait pas encore s’il pourra compter sur Alvaro Morata, a volontiers admis que "quoi qu’il arrive, ils sauront comment on va jouer. Et quelle sera notre tactique, parce que ça va fait huit ans que je suis ici." Un style de jeu caractéristique, axé sur la défense et fait notamment de don de soi et de de pressing collectif, qu’il imprime depuis fin décembre 2011 dans le deuxième club de la capitale espagnole.

 

Il s'était interrogé sur son avenir


Des Colchoneros avec qui "El Cholo" a remporté une Liga, une Coupe du Roi, une Supercoupe d’Espagne, deux fois la Ligue Europa et la Supercoupe d’Europe, mais aussi atteint à deux reprises, en trois ans, la finale de la Ligue des champions, s’inclinant à chaque fois face au voisin merengue. Deux cicatrices pour le technicien argentin, qui, après ce deuxième revers, en 2016, s’était interrogé sur son avenir dans ce club qu’il avait d’abord connu en tant que joueur. Et il avait donc finalement décidé de continuer, effectuant le déménagement dans un nouveau stade, le Wanda Metropolitano, et gagnant depuis sa deuxième Ligue Europa, face à l’OM, ainsi que sa deuxième Supercoupe d’Europe, contre le Real. Mais la plus prestigieuse des compétitions européennes se refuse toujours à lui.

 

"A Turin, nous n'avions pas joué"


La saison dernière, il pensait que ses hommes avaient fait le plus dur en l’emportant 2-0 contre la Juventus en huitième de finale aller. Mais c’était sans compter sur une vielle connaissance, Cristiano Ronaldo, qui, après leur avoir déjà causé tant de tourments lors de son passage en Espagne, allait les éliminer d’un triplé au retour. "L’an dernier à Turin, nous n’avions pas joué, se souvient-il aujourd’hui. Dans la vie, toutes les expériences vous aident. Mais il faut s’assurer de ne pas commettre à nouveau des erreurs que vous avez déjà commises." Un message que l’on imagine transmis avec sa passion habituelle par Simeone, qui compte bien repartir avec la qualification en poche pour sa grande première à Anfield.