Quelle équipe sera la sensation de l'Euro ?

Euro 2020

Danemark

Depuis la Coupe du Monde, quittée aux tirs au but contre la Croatie en huitièmes de finale, les Danois n'ont perdu que trois fois en 29 matchs. Et même deux fois en 28 matchs, ces deux défaites ayant été concédées contre la Belgique en Ligue des Nations. Dans le même temps, Christian Eriksen et ses coéquipiers sont allés gagner en Angleterre (0-1, également en Ligue des Nations) et ont accroché l'Allemagne la semaine dernière en amical (1-1). Kasper Schmeichel, Martin Braithwaite, Andreas Christensen, Kasper Dolberg ou Simon Kjaer se connaissent par coeur.

Croatie


Doucement mais sûrement, les vice-champions du monde refont surface au bon moment. Après une période post-Mondial très compliquée, marquée notamment par les retraites de Rakitic et Mandzukic, les hommes de Zlatko Dalic demeurent une inévitable menace pour toute l'Europe du football. Luka Modric, en dépit de la défaite en Belgique dimanche (1-0), a fait étalage de toute sa classe. Le Ballon d'Or 2018 est secondé par Brozovic et Kovacic au milieu, tandis qu'Ivan Perisic ou Ante Rebic sont associés en attaque.

Turquie

Le match d'ouverture de cet Euro s'annonce particulièrement alléchant vendredi, entre l'Italie et cette équipe de Turquie extrêmement prometteuse. Burak Yilmaz est aussi bouillant en sélection qu'il l'a été au LOSC, lui qui a inscrit un triplé au mois de mars face aux Pays-Bas (4-2 en éliminatoires du Mondial 2022). Auparavant, les Turcs avaient déjà mené la vie dure aux Bleus en éliminatoires de l'Euro - une victoire et un nul -, preuve que cette sélection a de la suite dans les idées et un projet cohérent depuis plusieurs saisons.

Pologne


Une équipe dont l'avant-centre se nomme Robert Lewandowski est forcément une équipe qui compte. Si les Polonais n'ont jamais réussi à passer le cap en Ligue des Nations, en échouant face au Portugal et à l'Italie, puis encore contre l'Italie et les Pays-Bas lors de la dernière phase de groupes, ils peuvent raisonnablement espérer la deuxième place de leur groupe derrière l'Espagne et devant la Suède et la Slovaquie. Hormis Wojciech Szczesny dans le but, la Pologne manque tout de même d'une autre individualité forte.

 


>