Quatre outsiders dans le vent

Panoramic

Les qualifiés surprises


La Suisse, naturellement, a réussi le plus grand exploit de ces huitièmes de finale. Elle retrouvera une Espagne qui sera doublement prévenue : à la fois par son incroyable scénario contre la Croatie (5-3 en prolongation, après avoir été rejoints de 3-1 à 3-3 à la fin du temps réglementaire), et aussi par cette capacité nouvelle du jeu montré par la Nati. Ce qui maintient forcément la Roja en position de logique favorite. D'autant que la France, paradoxalement, a aussi prouvé qu'avec du sérieux défensif, les Suisses restaient un ton en dessous.

Pour la République Tchèque, c'était un tout autre type de sensation. Patrik Schick et ses coéquipiers ont pris la mesure des Pays-Bas avec maestria (2-0). Après avoir sagement endigué la vaguelette orange lors de la première période, ils ont parfaitement profité de l'expulsion de De Ligt pour dérouler, eux aussi, un jeu étonnant afin de dominer les Néerlandais totalement à la régulière. Comme pour les Suisses, difficile de déterminer à quel point leur performance est de leur fait ou de celle de leur grand adversaire décevant.


Le duo d'outsiders


Le Danemark est favori pour être la surprise du Final Four. Renversant tout sur leur passage, portés par une âme collective incroyable depuis le terrible malaise d'Eriksen, les Danois sont devenus la première équipe de l'histoire de l'Euro à se qualifier après avoir perdu leurs deux premiers matchs. Ils ont eu la chance, ensuite, de tomber sur de faibles Gallois en huitièmes (4-0). Ils obtiennent inévitablement les faveurs des pronostics face aux Tchèques, dans ce quart de finale particulièrement inattendu au départ du tournoi.

L'Ukraine a également bénéficié d'un tirage favorable, surtout en tant que meilleur troisième, en tombant sur la Suède. Bénéficiant d'une expulsion adverse au cours de la prolongation, les joueurs d'Andreï Shevchenko sont allés arracher la qualification dans le temps additionnel. Ils ne seront évidemment pas favoris face à l'Angleterre, mais pour la première fois, les Three Lions ne joueront pas à Wembley mais à Rome. Sur leur dynamique, avec un jeu cohérent, il sera intéressant de voir ce que peuvent proposer les Ukrainiens sur cet ultime quart de finale, samedi soir.

>