L'Allemagne, c'est "cool"

Quatre. Samedi à Mönchengladbach, lors de la victoire de l’Allemagne contre la Biélorussie en qualifications de l’Euro 2020 (4-0), ils n’étaient, au coup d’envoi, que quatre joueurs de la Mannschaft à avoir également débuté le match face au Mexique (0-1), à la Coupe du monde 2018 : Manuel Neuer, Joshua Kimmich, Toni Kroos, et Timo Werner.

Piteusement éliminés l’an dernier dès la phase de poules du Mondial en Russie où, après ce revers inaugural contre El Tri, ils avaient battu la Suède (2-1) mais s’étaient inclinés une deuxième fois face à la Corée du Sud (2-0), les Allemands, rajeunis, sont en reconstruction, et n'auront pas survolé les débats dans ce groupe C des éliminatoires au prochain championnat d’Europe
 
"Un groupe très varié"

Pour décrocher une treizième qualification consécutive, un record, pour le rendez-vous continental, les hommes de Joachim Löw, qui terminent face à l’Irlande du Nord mardi soir (20h45), ont ainsi dû patienter jusqu’à l’avant-dernière journée. Et profiter du match nul et vierge samedi en Irlande du Nord des Néerlandais, contre qui ils avaient subi une spectaculaire défaite en septembre à Hambourg (2-4),

Parmi les joueurs à incarner ce renouveau, il y a notamment Serge Gnabry, deuxième meilleur buteur du groupe, derrière Memphis Depay, avec 5 réalisations, mais aussi Leon Goretzka, déjà présent en Russie et auteur du deuxième but samedi. Et le milieu de terrain du Bayern apprécie ce vent nouveau, au sein d'un vestiaire où l'ambiance se serait dégradée ces dernières années. "On a un groupe très varié, avec des mecs vraiment cools. On plaisante, et on joue aussi parfois aux cartes le soir. On peut donc dire que l’atmosphère est bonne. Et à mes yeux, c’est nécessaire pour réussir", a-t-il ainsi déclaré en conférence de presse.