La Roja ne lâche rien

Reuters

L’absence du sélectionneur Luis Enrique, retenu par ses obligations familiales, ne semble pas avoir perturbé outre mesure l’équipe d’Espagne. Avec 61% de possession de balle, 24 tirs décochés et pas moins de 16 corners obtenus pour accentuer la pression sur le but adverse, la Roja a logiquement disposé de la Suède ce lundi au stade Santiago-Bernabeu de Madrid (3-0), dans le cadre des qualifications à l’Euro 2020. Un score large relativement flatteur cela dit.

Confrontés à un gardien de but en état de grâce dans la cage scandinave – Robin Olsen, le dernier rempart de l’AS Rome – les Espagnols ont longtemps fait chou blanc dans cette partie, s’en remettant finalement à l’incontournable Ramos pour trouver la faille. Sur un penalty sifflé pour une main de Larsson dans la surface, le défenseur merengue a montré la voie aux siens, comme trois jours plus tôt face aux Iles Féroé (1-4), signant au passage son 20e but en sélection (1-0, 64e).

Vingt minutes plus tard, bis repetita: Morata était fauché dans la zone de vérité et Ramos lui laissait le soin de se faire justice, d’un penalty ajusté (2-0, 84e). Dans la foulée, Oyarzabal parvenait à ouvrir son compteur avec la Roja, d’un joli coup de patte placé (3-0, 87e). Et l’enceinte madrilène de chavirer. Grâce à ce quatrième succès en autant de sortie, l’Espagne conforte son leadership dans la poule F de ces éliminatoires continentaux, repoussant son adversaire du jour et premier poursuivant  à cinq longueurs. Troisième à cinq points également après sa victoire à Malte (0-4), la Roumanie aura l’occasion de relancer le suspense dans ce groupe le 5 septembre prochain. En recevant l’armada ibère sur ses terres