Euro : Espagne, une préparation perturbée par la Covid

Une chose est sûre, l'Espagne se présente à cet Euro 2020 pas vraiment dans les meilleures conditions possibles. Ce lundi soir (21h00, beIN SPORTS 1), face à la Suède, pour la 1ere journée du groupe E, la Roja aura fort à faire, du côté de Séville, après avoir vécu une préparation particulièrement compliquée et chamboulée par le coronavirus. En effet, il y a une grosse semaine maintenant, une première mauvaise nouvelle était tombée, avec le cas positif au Covid-19 de l'emblématique capitaine espagnol, à savoir Sergio Busquets. Le pensionnaire du FC Barcelone est actuellement toujours placé à l'isolement et il ne pourra donc pas être de la partie contre les Suédois.

Llorente de retour dans le groupe après trois tests négatifs


En revanche, lui aussi testé positif au coronavirus ce mardi, avant de pouvoir réintégrer le groupe samedi après trois tests négatifs, Diego Llorente sera bel et bien au rendez-vous pour cette entrée en lice de sa sélection. De son côté, présent lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-match, ce dimanche soir, Luis Enrique, le sélectionneur de l'Espagne, ne se cherchait clairement pas d'excuses, malgré toutes ces histoires : « Avec l'absence de « Busi », on a dû s'adapter... mais cela arrive aux autres sélections aussi. Ce n'est pas une excuse. On a très envie de commencer cette compétition. Ça a été une semaine difficile, c'est clair. Mais s'il y a bien une chose que l'être humain possède, c'est la capacité à s'adapter. »

 

L'Espagne avait envoyé ses Espoirs en match amical


Ces cas positifs ont également entrainé une adaptation de l'entraînement du groupe. Les joueurs ont même été contraint de s'entraîner seuls, jusqu'à ce vendredi. Mardi dernier, alors que l'Espagne devait jouer son deuxième et dernier match de préparation, contre la Lituanie, il a fallu s'adapter et envoyer les Espoirs, qui ne se sont pas fait prier pour briller (4-0). Luis Enrique a également dû rappeler des joueurs, six réservistes et onze Espoirs, qui se sont entraînés à part, dans la perspective d'éventuels nouveaux forfaits, avant de finalement s'en aller samedi. Même avec toutes ces péripéties, une chose est chose, la sélection espagnole n'en reste pas moins redoutable et jouera certainement sa carte à fond, dans l'optique, dans un premier temps, de s'extraire de cette fameuse poule E, où figurent également la Pologne ainsi que la Slovaquie.

 


>