Euro: Boris Johnson dénonce les insultes racistes visant des joueurs anglais

Panoramic

"Cette équipe d'Angleterre mérite d'être traitée en héros, et non (en victime) d'insultes racistes sur les réseaux sociaux. Les responsables de ces abus effroyables devraient avoir honte d'eux-mêmes", a déclaré sur Twitter Boris Johnson. Lors d'une conférence de presse lundi, le sélectionneur de l'équipe anglaise, Gareth Southgate a jugé de tels propos "impardonnables". "Une partie vient de l'étranger, on nous l'a dit, mais une partie vient de ce pays." a-t-il ajouté, préférant retenir l'"énergie et l'esprit positif des fans".

 

La Fédération anglaise de football s'est dite "consternée" par les propos racistes à l'encontre de Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka. "Nous sommes dégoûtés de voir que des membres de notre équipe, qui ont tout donné cet été, ont été soumis à des agressions discriminatoires en ligne après le match de ce soir", a déploré la FA sur Twitter. Les trois joueurs, entrés en fin de rencontre, ont raté leur tir au but, scellant la défaite de l'Angleterre face à l'Italie (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) et brisant ainsi le rêve de tout un pays qui espérait décrocher un deuxième titre majeur, 55 ans après son succès à domicile durant la Coupe du monde 1966.

Commentaires supprimés 

La police de Londres a annoncé qu'elle était "en train d'enquêter" sur ces publications "insultantes et racistes" en ligne. Le ministre de la Culture et des Sports, Oliver Dowden, a appelé les plateformes de réseaux sociaux à s'attaquer davantage au racisme en ligne, prévenant que "s'ils ne le font pas, notre nouveau projet de loi sur la sécurité en ligne les obligera à des amendes pouvant atteindre 10 % des revenus mondiaux"

Un porte-parole de Facebook a assuré que l'entreprise avait "rapidement supprimé les commentaires et les comptes insultant envers les footballeurs anglais" et promis de "continuer à prendre des mesures contre ceux qui enfreignent nos règles". D'anciens joueurs ont apporté leur soutien aux trois joueurs, appelant les dirigeants à en faire davantage contre le racisme. L'ancien joueur de Manchester United, Gary Neville, a notamment déclaré que l'exemple devait venir "d'en haut", critiquant Boris Johnson. Alors que les joueurs anglais avaient décidé de poser un genou à terre pour dénoncer le racisme, "le Premier ministre a dit qu'on pouvait huer ces joueurs qui essayaient de promouvoir l'égalité", a dénoncé sur SkyNews Gary Neville, "pas surpris" de ce nouvel épisode raciste.

Racisme endémique 

Le football anglais est confronté depuis des années à un phénomène de racisme en ligne visant des joueurs après la défaite de leur club ou après des performances décevantes. En mai, la FA avait appelé le gouvernement à légiférer sans tarder pour obliger les réseaux sociaux à agir contre les insultes en ligne ayant déjà visé Marcus Rashford.

Pour attirer l'attention sur ce racisme en ligne, la FA, les clubs de la Premier League, de la deuxième division et de la Super Ligue féminine, mais aussi des organisations représentant les joueurs, les arbitres et les entraîneurs, rejoints par la suite par d'autres sports comme le rugby ou le cricket, avaient décidé de ne pas alimenter leurs comptes sur les réseaux sociaux du vendredi 30 avril jusqu'au lundi 3 mai. La finale de l'Euro a par ailleurs été marquée par des incidents avec des supporters sans tickets qui ont réussi à pénétrer dans le stade en forçant des barrages de sécurité et en submergeant le personnel du stade. Une scène de violence avec des supporters frappant à coups de poings et de pied un homme d'origine asiatique dans les couloirs du stade, a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux. La police de Londres a dit avoir procédé à 49 arrestations dimanche pour différentes infractions liées à l'Euro et indiqué que 19 policiers ont été blessés, des violences qu'elle a condamnées comme "totalement inacceptables".


>