Euro 2020 - Luis Enrique ne s’en fait pas

Panoramic
Luis Enrique est serein. C’est en tout cas le message que le sélectionneur espagnol tient à faire passer. Très critiqué ces dernières semaines, et encore plus depuis le début de l’Euro, il a publié mardi soir sur les réseaux sociaux une photo de lui, déambulant sur une trottinette électrique. Un cliché accompagné du message suivant : "Au top !" On ne sait pas si cela concerne son cas personnel, qui fait beaucoup débat, où son équipe, attendue au tournant mercredi (18h) contre la Slovaquie, après deux piteux matchs nuls face à la Suède (0-0) et la Pologne (1-1).

Un nouveau partage des points pourrait toutefois suffire à qualifier la Roja, puisqu’elle possèderait alors trois points et une différence de buts à zéro, soit mieux que l’Ukraine (-1) et la Finlande (-2), les deux nations les moins bien placées pour récupérer une des quatre places de meilleur troisième, qualificatives pour les huitièmes de finale. Mais cela ne serait pas bien glorieux et n’atténuerait probablement pas les critiques dont Luis Enrique est la cible, que ce soit, entre autres, pour la non-sélection de Sergio Ramos, la présence de 24 joueurs au lieu de 26 dans la liste ou cette confiance quasi aveugle en Alvaro Morata, qui a tout de même fini par ouvrir son compteur face aux Polonais après de multiples ratés.

 

Des joueurs remontés


L’ancien coach du Barça fait donc fi des reproches, et estime même qu’il mériterait de prolonger ! "Pour moi, c'est une fierté de représenter mon pays et ce groupe de joueurs. J'ai un contrat jusqu'à la Coupe du monde au Qatar, mais je me plais beaucoup ici. Je n'ai aucune intention de ne pas aller au bout de mon contrat", a-t-il encore confié mardi en conférence de presse. Pour ce match face aux Slovaques, il pourra compter sur le retour de Sergio Busquets, très remonté, comme Koke ou Sarabia, contre Rafael Van der Vaart, désormais consultant et qui a estimé que la Roja était "horrible" et qu’il espérait la voir affronter les Pays-Bas. Et les supporters espagnols espèrent que leurs protégés seront aussi vindicatifs sur le (très mauvais) terrain de Séville que pour répondre à l’ancien joueur néerlandais…


>