De 1984 à 2016, splendeurs et malheurs européens des Bleus

Panoramic

 

Euro-1984: Platini à la maison

Qualifiée d'office en tant que pays organisateur, la France de Michel Hidalgo remporte son premier titre international à l'issue d'un parcours sans faute sous la baguette du "carré magique" composé par Luis Fernandez, Jean Tigana, Alain Giresse et Michel Platini. Capitaine et leader inspiré, le N.10 marque à chacun des cinq matches, avec des triplés en prime contre la Yougoslavie et la Belgique, atteignant un total de neuf buts qui reste encore inédit.

Après une demi-finale renversante contre le Portugal (3-2 a.p.) à Marseille, les Bleus soulèvent le trophée devant 47.000 spectateurs au Parc des princes en dominant l'Espagne (2-0) de Luis Arconada, resté célèbre pour la boulette réalisée sur un coup franc de "Platoche".

 

Euro-1996: Le "péno" raté de Pedros

Pas qualifiée en 1988, éliminée au premier tour en 1992, la sélection tricolore arrive en Angleterre avec les crocs. Le premier tour passe sans accroc, mais les choses se corsent ensuite. A Liverpool, les Pays-Bas de Ronald De Boer et Patrick Kluivert poussent les Bleus (0-0) jusqu'aux tirs au but. La tentative réussie de Laurent Blanc, après l'échec de Clarence Seedorf, est synonyme de demi-finale pour les Bleus.

Mais à Manchester, les Tchèques les matent également à l'issue d'un match sans but. L'équipe de Pavel Nedved ne gâche aucun tir au but, contrairement au Nantais Reynald Pedros qui manque la sixième tentative tricolore.

Euro-2000: Doublé en or

Les champions du monde 98, avec Didier Deschamps en capitaine, se frottent à l'Espagne en quart de finale. Ils passent de justesse (2-1), grâce notamment à un joli coup franc de Zinédine Zidane et à un penalty raté par Raul dans les dernières secondes face à Fabien Barthez.

C'est aussi une histoire de penalty en demi-finale, avec "Zizou" qui crucifie le Portugal du malheureux Abel Xavier coupable d'une main dans la surface dans les derniers instants de la prolongation (2-1 a.p.). 

En finale à Rotterdam, les Français s'imposent sur le même score contre l'Italie au bout du suspense. Sylvain Wiltord offre une prolongation inespérée en égalisant dans le temps additionnel, avant le "but en or" inscrit d'une superbe volée à la 103e minute par David Trezeguet.

 

Euro-2008: Elimination précoce

Les vice-champions du monde français, emmenés notamment par Lilian Thuram, Franck Ribéry et Karim Benzema, tombent d'entrée sur un os face à la Roumanie d'Adrian Mutu (0-0), adversaire le moins relevé d'un "groupe de la mort" partagé avec l'Italie, lauréate du Mondial-2006, et les Pays-Bas de Wesley Sneijder et Ruud Van Nistelrooy.

L'équipe dirigée par Raymond Domenech prend la marée face aux "Oranje" (4-1) puis contre la "Nazionale" (2-0). Le bilan est pitoyable avec une élimination dès le premier tour, sans aucune victoire et un seul but marqué, par Thierry Henry.

 

Euro-2016: Maudit poteau

Quatre ans après son élimination en quarts par l'Espagne (lauréate des éditions 2008 et 2012), la France dispute son deuxième Euro à domicile, après celui de 1984, sans Michel Platini mais avec Antoine Griezmann tout aussi inspiré. Les six buts de l'attaquant servent à éliminer la République d'Irlande (2-1) en huitièmes, l'Islande (5-2) en quarts et surtout l'Allemagne (2-0), rarement battue jusqu'alors par les Bleus.

Son doublé au Vélodrome face aux Allemands propulse la France en finale de son Euro, au Stade de France face au Portugal de Cristiano Ronaldo. Malgré la sortie précoce de "CR7" sur blessure, l'équipe dirigée par Didier Deschamps n'arrive pas à se défaire des visiteurs. Dans le temps additionnel, le remplaçant André-Pierre Gignac voit son tir repoussé par le poteau droit. Celui de l'inattendu Eder, en prolongation, surprend Hugo Lloris (1-0 a.p.).


>