Angleterre-Italie, qui a le meilleur onze ?

Reuters

Gardien – Avantage Italie


Il y a clairement match entre Jordan Pickford et Gianluigi Donnarumma depuis le début de cet Euro, mais le futur gardien du PSG a sans doute fait meilleure impression. Le portier anglais a bien réussi à conserver sa cage inviolée jusqu’aux demi-finales, et ce somptueux coup franc du Danois Damsgaard, alors que l’Italien a lui encaissé un but lors de chaque match éliminatoire (Autriche, Belgique et Espagne). Mais il s’est aussi montré décisif lors de la séance aux tirs au but face à la Roja, et aura, comme son homologue des Three Lions, réalisé plusieurs parades d’exception depuis le début de la compétition, malgré le jeu au pied parfois déroutant des deux hommes.

 

Défense – Avantage Angleterre


Difficile d’aller contre une défense dont la charnière centrale est composée de Giorgio Chiellini et Leonardo Bonucci… Et pourtant, celle de l’Angleterre semble légèrement au-dessus.  Et ce n’est pas en raison de Giovanni Di Lorenzo, qui a remplacé Florenzi dès le premier match, mais à cause de la grave blessure de l’arrière gauche Leonardo Spinazzola, étincelant depuis le début de la compétition. Emerson, qui l’a suppléé face aux Espagnols, est clairement devenu le maillon faible de l'Italie. Côté anglais, Luke Shaw revit totalement et s’épanouit offensivement alors que Kyle Walker excelle dans un rôle plus défensif. Et Harry Maguire, associé à John Stones, règne en maître sur cette défense et a même de nouveau marqué un but important dans un grand tournoi face à l’Ukraine.

Une finale, 4 duels au sommet !

 

Milieu de terrain – Avantage Italie


Le milieu de terrain est clairement l’âme du jeu italien. Un trio Jorginho-Verratti-Barella qui s’est retrouvé en huitièmes de finale, le Parisien, remplacé avec un certain bonheur par Locatelli, ayant manqué le début de la compétition sur blessure. Les trois hommes sont parfaitement complémentaires et peuvent tout faire, ou presque. En face, l’entrejeu anglais est moins expérimenté, Declan Rice faisant la paire avec un Kalvin Philips qui s’est révélé lors de cette compétition. Comme face à l’Allemagne, Gareth Southgate pourrait toutefois renforcer son milieu en passant à une défense à trois, en rajoutant Kieran Trippier en piston droit.

 

Attaque – Avantage Angleterre


Les deux avant-centres titulaires ont connu une évolution inverse depuis l’entame du rendez-vous continental. Alors que Ciro Immobile est parti très fort, avec deux buts lors des deux premiers matchs, l’attaquant de la Lazio, dans un rôle de pivot un peu ingrat, n’en a plus inscrit le moindre depuis. Forcément très attendu, Harry Kane est lui resté muet en phase de poules, avant de marquer en huitièmes, en quarts (X2) puis en demi-finales. Le capitaine des Three Lions sera encore le principal danger dimanche soir lors de la finale. Et il peut compter pour l’épauler sur Raheem Sterling, très bon face aux Danois, Bukayo Sako ou encore Phil Foden et Jadon Sancho, même si ces derniers sont moins utilisés. Côte italien, il faut toujours se méfier du feu-follet Insigne, auteur d’un but splendide contre les Belges, de l’excellent Barella, qui se projette beaucoup, alors que Federico Chiesa, sur l’aile droite, a marqué face aux Autrichiens et aux Espagnols et sera aussi à surveiller de près.

>